Nathalie Tacchella – Cie Estuaire

Nathalie Tacchella. Cie Estuaire.

A1. Quelles sont vos attentes concernant une rencontre entre les acteurs et actrices des arts de la scène et Sami Kanaan, magistrat en charge de la culture en Ville de Genève ?

Que la parole circule, que ce qui est échangé le soit pour nourrir notre réflexion et la réflexion du politique. Pas de nouveaux règlements ou nouvelles cases qui formatent ce qui ne peut pas l’être.

Entendre le magistrat sur sa politique culturelle (la diversité?), la mise en œuvre de celle-ci et son articulation avec le terrain de la création et de la culture.

Mais aussi entendre le magistrat sur sa marge de collaboration avec son partenaire de l’Etat, le DIP.

A.2. Quelles sont vos 2 revendications prioritaires à faire valoir auprès de Sami Kanaan, magistrat en charge de la culture en Ville de Genève ?

  • Que la politique culturelle reste, soit, devienne au plus proche de l’évolution des besoins de la création.
  • Viser un partage non concurrentiel mais dynamique entre artistes et lieux. Inverser la tendance qui donne tous pouvoirs aux lieux et structures.

A.3. Avez-vous des questions que vous aimeriez poser au magistrat afin de mieux comprendre le fonctionnement de son département concernant les arts de la scène ?

Voir A1. Mise en œuvre de la politique culturelle, articulation avec les besoins du terrain de la création.

Mais aussi, de manière plus générale comment le magistrat envisage-t-il la collaboration avec l’Etat. Dans la foulée, le conseil de la culture, ça va bien ?

A.4. Pouvez-vous lister 10 critères qui permettent le mieux de situer et valoriser votre travail (ex : nombre de créations à votre actif, d’années de travail, de dates ou de lieux de tournée, enjeux pédagogiques, de nombre d’employés de votre cie, etc.) ?

Un inventaire de Prévert ?

Cie implantée à Genève depuis 1995. Créations en collectif puis direction artistique, par Nathalie Tacchella. Une création de groupe par saison et jusqu’en 2008 également formats solos, performances.

Cie ancrée dans le travail de proximité avec les danseurs et artistes de la région, mais aussi avec danseurs et artistes potentiels (élèves, enseignants, habitants). Chaque création chorégraphique comprend des déclinaisons, soit dans des formats in situ (musée, rue, école) soit dans des formats modélisables (ateliers, rencontres-plateau, etc).

Soutiens financiers ponctuels, au projet. Les collaboratrices et collaborateurs artistiques, techniques, administratifs engagés pour les productions sont rémunérés en cohérence avec leur temps de travail ou taux d’activité. La direction de la compagnie (Nathalie Tacchella) est aussi rémunérée au projet et donc sans relation avec le temps de travail ou taux d’activité permanent nécessaire à l’élaboration des projets (réflexion, prises de contact, élaboration des création, ancrage artistique, culturel, social et éducatif). C’est la réalité des projets de compagnies inscrits dans la durée mais soutenus ponctuellement en fonction des productions.

A.5. Lorsque vous projetez de créer un nouveau projet, savez-vous déjà où vous pourrez le présenter à Genève? A l’étranger ? Avez-vous un rapport privilégié avec une structure genevoise ? Avez-vous un interlocuteur identifié pour le type de travail que vous réalisez ?

A Genève au Galpon et dans des contextes in situ (musées, écoles, rues)

La particularité et la force de la compagnie est de développer des projets ancrés dans la proximité. Pour le travail en lien avec les structures sociales, les interlocuteurs privilégiés sont les maisons de quarter et unités d’actions communautaires, pour le travail en lien avec les structures scolaire, c’est Ecole & culture.

A.6. Quelle diffusion souhaitez-vous pour votre travail (périmètre géographique, type de lieu, type d’accueil, etc.) ?

M’intéressant à créer en fonction des contextes je m’intéresse moins à la question de diffusion qu’à la question des territoires culturels (primaires et construits). Je cherche d’autres modes de production que celui qui consiste à créer une pièce puis la déplacer telle quelle dans d’autres lieux. Je ne souhaite pas diffuser mon travail au sens où on l’entend avec la notion de “rayonnement”, mais plutôt rencontrer d’autres réalités pour y partager nos travaux.

A.7. Quelle est selon vous le meilleur moyen d’atteindre votre objectif de diffusion ? Quel est selon vous le meilleur soutien pour vous aider à atteindre votre objectif de diffusion ?

Trouver des lieux de résidence plutôt que de programmation et fabriquer un projet avec et pour ces lieux. Le meilleur soutien serait de considérer ce type d’approche comme une sorte de diffusion !

A.8. Revendiquez-vous une esthétique définie ? Quels critères ou quels termes utilisez-vous pour définir l’esthétique de votre travail ?

La compagnie a développé une identité artistique fondée sur la mise en poésie des phénomènes physiques, des relations que nourrissent les êtres entre eux et avec leur environnement. Plutôt qu’une esthétique, ce sont les thématiques et modes de travail qui font la compagnie.

A.9. Quels engagements souhaitez-vous que les structures prennent pour soutenir et développer au mieux les arts de la scène ? (Développer un public ? assurer la diffusion du projet ? formation continue ? insertion professionnelle ? production des projets ? coproduction ? production déléguée ? autre ?)

Une dynamique de travail et de collaboration entre la compagnie et le lieu. Travailler sur des modes de production en cohérence avec les projets artistiques de la compagnie et du lieu.

A.10. Souhaitez-vous qu’il existe une ou plusieurs sources de financement publiques pour vos créations (situation actuelle ou une nouvelle répartition) ?

Cet aspect est à mettre en lien avec les questions sur l’implication actuelle et future de l’Etat dans le domaine de la création artistique. Plusieurs sources de financement sont intéressantes uniquement si ces partenaires sont tous réellement impliqués dans le soutien à la création.

 

Nathalie Tacchella. Cie Estuaire. 28 septembre 2014.

Tagués avec : , ,
Publié dans Arts de la scène, Réponses des artistes et des compagnies
Actu
Pour sa quatorzième édition PREMIO – le prix d’encouragement pour les arts de la scène - recherche de nouveau de jeunes artistes professionnels qui ont un projet de création en Suisse. Suite

« Il a fait des propositions »

Bertolt Brecht qui avait contribué à définir la politique culturelle de son pays souhaitait que son épitaphe soit ainsi rédigée « Il a fait des propositions».

 

« Il faut partir des expériences du terrain et prendre la culture participative comme levier d’une politique culturelle repensée. » Fleur Pellerin, ministre de la Culture, 20 octobre 2014 à France culture.

 

"Et tant pis pour les gens fatigués." Jacques Rancière.