Exquis édicule…

dessin1-bal-605
14 octobre, les jeunes ne se font pas prier pour se mettre au travail lors de la Biennale des Arts aux Libellules. Photo GenèveActive.

Exquis, adjectif un peu précieux, sucré, salon de thé rose poudré et sentant l’eau de Cologne, semble peu approprié pour qualifier un projet culturel à dimension sociale.
C’est pourtant le titre choisi par la maison d’édition Ripopée pour l’exposition qu’elle organise pour le BAL (Biennale des Arts aux Libellules).

Pour cette seconde édition de la Biennale des Arts à Vernier, Serge Boulaz, artiste, diplômé de la HEAD-Genève et fondateur de la manifestation a délégué la programmation à Ripopée qui invite cinq duos d’artistes à s’installer chacun une semaine aux Libellules pour dessiner.

Ces micro-résidences dans une barre d’immeuble à la périphérie de Genève et les manifestations que vont générer cette biennale s’inscrivent dans un programme de réhabilitation urbaine. La barre d’habitation des Libellules est actuellement en réfection et des locaux à vocation sociale et culturelle ont été implantés au pied de cet immeuble. L’édicule culturel, inauguré pour l’ouverture du Bal 2014, va accueillir l’exposition qui sera vernie le 28 novembre mais aussi des ateliers et des rencontres durant tout le projet. La dimension sociale et participative est en effet au fondement même du Bal et présente dans les toutes les manifestations mises en œuvre depuis 2008.

Il ne s’agit donc pas de venir dans ce quartier dit sensible avec une exposition clef en main pour faire découvrir l’art qui se fait en ville, mais de construire un véritable lien avec les habitants, de partager aussi leurs cultures et d’inviter ceux qui ne voient que de l’art en ville à se déplacer et à décentrer leurs regards.
Aux ateliers de dessin du mercredi ouverts à tous s’ajoutent les mardis une présentation des artistes venant s’installer pour la semaine.
Les étudiants de l’orientation Master Trans de la Head–Genève se chargeront d’introduire le travail des artistes auprès du public et animeront les débats.

Au fur et à mesure de l’avancée des travaux. les feuilles blanches qui quadrillent les cimaises de l’édicule seront couvertes de dessins. Seul Mazen Kerbaj et Joëlle Flumet, qui ouvrent le bal, bénéficient d’un espace vierge. Ce dessinateur et musicien libanais qui a entre autres publié un journal de guerre et cette artiste vivant à Zurich et qui travaille sur l’usage des lieux et des objets devront faire cohabiter leurs univers fort différents. L’esthétique de Marzan est en effet celle de la bande dessinée et du dessin d’opinion, tandis que les dessins assistés par ordinateur de Joëlle Flumet ont quant à eux des accents industriels ; l’un et l’autre partagent toutefois un intérêt pour la mise en images du quotidien.

De semaine en semaine, les uns laissant place aux autres tout en occupant pour partie les murs, l’accrochage va se complexifier. L’exposition sera donc à la fois le fruit d’un passage de relais entre les artistes et d’une confrontation des œuvres.
L’ensemble du processus de travail va être documenté par un photographe et l’équipe Ripopée va réaliser un livre de l’exposition.

Ripopée, ancien mot pour un assemblage de fonds de bouteilles dit déjà que la maison apprécie les mélanges improbables. A mots couverts, EXQUIS sent ici le cadavre, renvoie aux jeux de mots et d’images inventés par les surréalistes et laisse toute sa place au temps, au hasard, connivences et coïncidences.

Claude-Hubert Tatot

 

Evénements

Discussion autour d’un apéro en partenariat avec les étudiants de l’orientation Master TRANS de la HEAD—Genève (Haute école d’art et de design) :
– 21 octobre Joëlle Flumet & Mazen Kerbaj
– 28 octobre Gaëlle Loth & Florian Javet
– 4 novembre Oscar Baillif & Tobby Landei
– 11 novembre Jérôme Stettler & Guillaume Dénervaud
– 18 novembre Pascale Favre & Alexia Turlin (& C.-H. Tatot)

Vendredi 28 novembre à 18h : Vernissage de l’exposition Exquis et de son livre.

Tagués avec :
Publié dans expositions
Copyright

© 2005-2018. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.