8. Rencontres théâtrales : Epilogue – 23 mars 2013

Le partenariat entre collectivités et artistes

Samedi 23 mars 2013 de 14 à 17h, Saint-Gervais Le Théâtre, Genève

A l’occasion de cette huitième et dernière Rencontre Théâtrale, le magistrat de la Ville de Genève, M. Sami Kanaan, dressera une forme de bilan du processus, revenant sur les points saillants apparus lors de chaque épisode ainsi que sur le site www.geneveactive.ch.
Il annoncera, en outre, un certain nombre d’engagements de la Ville de Genève et des points d’attention à venir.
Un second temps de l’après-midi sera consacré à des réflexions plus spécifiques, notamment sur la suite à donner au dialogue ainsi initié avec les milieux professionnels.

 

Intervention de Sami Kanaan, magistrat de la Ville de Genève en charge de la culture :


Voir le communiqué de presse (pdf) publié à l’issue des Rencontres.

Programme du 23 mars

14h-14h15 : Accueil et ouverture.

14h15-14h45 : Intervention du magistrat de la Ville de Genève en charge de la culture Sami Kanaan :

Retour sur quelques points saillants soulevés lors des rencontres et sur le site geneveactive.ch.
Initiatives prises depuis l’entame de la législature.
Annonce d’engagements de la Ville de Genève et de points d’attention à venir.

15h-16h : Tenue de trois ateliers de réflexion (nombre de places limité, pour les pré-inscriptions aux ateliers, voir plus bas) :

Atelier n° 1 : Quelle suite à donner aux Rencontres Théâtrales, quel mode de dialogue entre collectivités publiques et artistes ?
Faut-il créer une forme de commission consultative ou prévoir un rendez-vous formel annuel ? Qui participe ? Qui décide des ordres du jour ? Quels objectifs ?

Atelier n° 2 : Vers une nouvelle salle genevoise sans direction artistique ?
Quelle animation ? Quelle identité ? Avantages et inconvénients ? Quelles conditions, quels critères et quelles modalités d’accueil des projets ?

Atelier n° 3 : Collaboration Ville-Canton sur l’organisation de l’attribution des fonds généraux « théâtre » ?
Discussion sur l’organisation et les critères des Fonds de soutiens ponctuels avec Virginie Keller et Dominique Perruchoud, représentantes du Service culturel de la Ville de Genève et du Service cantonal de la culture.
16h15-16h45 : Rapports d’ateliers et brefs échanges.

16h45-17h : Conclusion par le magistrat Sami Kanaan.

Dès 17h : Apéritif.

 

Lire

Observations à l’issue des rencontres.

–  Commentaires en bas de page et sur les pages propres à chaque rencontre.

 

– Visionner ou écouter les débats sur les pages des soirées:

 

Suite : Liste des propositions

Un commentaire pour “8. Rencontres théâtrales : Epilogue – 23 mars 2013
  1. Ivan MARTIN dit :

    L’appellation “Atelier de concertation”, d’origine contrôlée, donne un espoir à cet épilogue, une attente même ; celle d’aborder concrètement les moyens nécessaires à la satisfaction des multiples besoins révélés au cours des rencontres précédentes. Certains de ces besoins pourtant ont subi la fâcheuse tendance au silence en habile réponse. Ainsi lors des 6èmes rencontres (médiation de la culture) la question que je soulevais sur la responsabilité d’action et l’évaluation des outils relationnels que les acteurs culturels supposent avoir en main – et ce afin de considérer d’avantage les moteurs des points communs plutôt que les résistances des différences revendiquées – la seule « réponse-habileté » qui fut donné n’eut aucun son… Il sera peut-être ce samedi 23 l’heure de mettre certaines cartes pratiques sur table, et je m’en réjouis. A-propos, le projet de « créer une plateforme d’échanges des pratiques en médiation » me semble en effet un point lumineux dont la nécessaire reconnaissance pourrait bien être un premier pas conséquent.

    Je ne reviendrai pas sur les méthodes souvent supposées à l’intérêt de chacun sur ce site, car elles impliquent une volonté d’approfondissement du savoir-faire, donc de formation. En soit cela reste envisageable, cependant le changement conséquent à cette remise en question est, lui, plus frileux à l’élan, malgré la compréhension de l’enjeu.

    Par souci de coopération et par volonté d’atteindre nos objectifs communs, je souhaite plutôt partager une information sur certaines actions de médiation culturelle que nous entreprenons depuis juin 2010 avec la Compagnie L’Alakran et expérimentons depuis début janvier 2013. Les méthodes et la position tenues pour ce faire ont tout à redevoir au savoir-faire de la « médiation professionnelle ».

    L’expérience des ateliers de médiation culturelle entrepris par la Compagnie L’Alakran autour du projet « La Maison d’Antan », projet lauréat Label+ 2011, constitue une triple innovation. (Projet d’après la fable de Robert Louis STEVENSON / Ateliers réalisés avec les élèves du Cycle d’orientation des Coudriers de Genève).

    Le premier point d’innovation est celui de la collaboration pédagogique entre les représentants du Cycle des Coudriers (Anne-Françoise MANRIQUE, Doyenne professeure et Cosmin POPA, professeur) et ceux de la Compagnie L’Alakran (Oscar GÒMEZ MATA, metteur en scène et Ivan MARTIN, médiateur), au-travers de laquelle l’approche théâtrale n’est ni présentée comme un atelier de théâtre, ni comme une représentation, mais comme un outil pédagogique de sensibilisation relationnelle et citoyenne.

    Le deuxième point est celui de la recherche artistique développée au sein des ateliers dans l’objectif de construire la dramaturgie et la mise en scène du spectacle selon l’expérience de partage avec les élèves, ce partage prenant ensuite l’aspect concret d’une participation au spectacle lui-même de certains de ces élèves ou d’autres du même âge, les ateliers ne constituant pas une audition, mais bien plutôt un laboratoire de recherche. Les élèves sont âgés de 14 – 15 ans.

    Le troisième point est celui de l’apprentissage relationnel permis par la sensibilisation à certaines techniques de la médiation professionnelle, par la transmission des méthodes de base de la Qualité Relationnelle (écoute et reformulation, expression de la reconnaissance et maintien de la confiance, réflexion en altérité et centrage sur autrui, libre choix et responsabilisation). Ces ateliers sont à ce titre présentés comme « ateliers de sensibilisation à la Qualité Relationnelle », et représentent la première expérience pédagogique avec des adolescents en matière de médiation professionnelle.

    Il est entendu que ces trois points motivent de nombreux intérêts à la fois culturels, sociaux et artistiques, et ce non-seulement pour les élèves et les structures qui les encadrent à-travers ce projet, mais également pour les acteurs de leurs environnements familiaux, économiques, professionnels et intergénérationnels.

    Pour symboliser notre investissement dans cette expérience forte et notre souhait de la développer par résonances à de futures collaborations, nous envisageons de mettre en forme une mémoire de ces ateliers, de leurs vécus et de leurs conséquences par la réalisation d’un « carnet de route » pédagogique, éventuellement appelé « Traces » et servant de témoin pour tous ceux que la collaboration pédagogique, la recherche artistique et l’apprentissage relationnel intéressent.

    Ivan MARTIN
    http://mediations-raisonnees.com/