Votation pour Saint-Gervais : au 3ème étage on dit oui, au 4ème c’est non !

saint-gervais

Le 27 septembre 2009, les citoyens de la Ville de Genève, étrangers compris, voteront la poursuite ou la fin des activités du Centre pour l’image contemporaine (CIC). Comme à  l’accoutumée, le choix proposé aux électeurs est simple : voter non, c’est voter oui pour le maintien de l’activité du CIC en refusant la suppression du crédit de fonctionnement, voter oui c’est entériner la répartition de l’activité du CIC entre le Centre d’art contemporain (CAC) et le Fonds municipal d’art contemporain.

Le CIC et le Théâtre Saint-Gervais appartiennent à  la même fondation mais leurs intérêts divergent, le Théâtre au 3ème étage crie à  la désinformation et appelle à  voter oui tandis que le CIC, au 4ème, crie au meurtre et prône le non.
Le milieu artistique se tient coi, certains craignent des représailles possibles en ces temps difficiles, d’autres sont passablement irrités par la tournure essentiellement politique, personnelle, émotionnelle, que prend l’affrontement et les vestes se retournent avec une aisance hallucinante.
Trois semaines avant la votation, le débat public se fait attendre. Est-il pertinent de conserver le pluralisme des structures dédiées à  l’art contemporain? demain n’y aura-t-il plus qu’une ou deux grandes structures formatées sur les mêmes canons esthétiques ou commerciaux ? La concentration en cours favorisera-t-elle un art d’Etat à  l’image de la situation qui prédomine dans l’art contemporain en France ?

Suite:

Le 8 septembre 2009, le Conseil de fondation de Saint-Gervais Genève a annoncé la répartition des activités du CIC entre le Centre d’art et le FMAC, et le lancement d’un grand projet de restructuration des activités dans le bâtiment de Saint-Gervais.

Ce projet intègre le théâtre ainsi que l’ensemble des espaces et des équipements de la maison sous une seule direction. L’objectif est de développer plusieurs activités: résidences d’artistes, répétitions, ateliers, spectacles, expositions et débats, ceci afin “d’offrir aux artistes et à  la population un lieu de création, de réflexion et de représentation ouvert à  la diversité des expressions contemporaines”. L’ensemble de l’opération devrait se dérouler d’ici à  la mi-2012, sous la direction de Philippe Macasdar, l’actuel directeur du théâtre de Saint-Gervais, qui voit son contrat prolongé jusqu’à  cette date.

Le Conseil de fondation de Saint-Gervais transfère l’organisation des expositions au Centre d’art, tandis que le FMAC hérite de la collection du CIC et devrait procéder à  l’invetaire de cette collection et installer une médiathèque au BAC.

Selon la Fondation, l’ensemble fait l’objet d’une convention tripartite entre la Ville de Genève, le Centre d’art contemporain et la Fondation de Saint-Gervais. Aucun représentant de la Ville n’était cependant présent à  la table, le 8 septembre, pour développer cette nouvelle orientation qui fait de Saint-Gervais la grande structure culturelle de la rive-droite.

Jacques Magnol

Le Fonds municipal d’art contemporain (FMAC): “Le Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Genève (le Fonds) a pour mission d’une part de financer des interventions artistiques dans les édifices publics, rues, quais et autres sites et d’autre part d’apporter un soutien aux artistes notamment par l’acquisition et la commande d’à“uvres d’art. Il est alimenté par l’allocation d’un pourcentage prélevé sur les crédits des travaux de construction, restauration, rénovation d’édifices et des installations sportives propriété de la Ville de Genève, ainsi que des ponts.
Depuis les années 1950, les acquisitions d’à“uvres réalisées par le Fonds viennent alimenter une collection qui compte aujourd’hui quelques 1’700 pièces dont environ 250 à“uvres installées sur le domaine public. Cette collection est gérée par le FMAC qui compte cinq collaborateurs, soit 3.8 postes équivalents temps plein (hors personnel temporaire). Les à“uvres sont achetées directement aux artistes ou auprès de galeries. ” (Rapport de la Cour des comptes du 11 juin 2009).

 

Commentaire

Le FMAC sort grand gagnant de l’opération, la structure auparavant discrète, qualifiée d'”Hospice général pour les artistes” (lors de la présentation du Rapport concernant l’audit de gestion  du FMAC) par la Cour des comptes, se lance maintenant dans une intense activité d’exposition (Musée Rath, BAC) et déploie de royaux bureaux au rez-de-chaussée du Bâtiment d’art contemporain (BAC). L’argument du manque d’espace sans cesse invoqué pour bloquer la réalisation de BAC + 3 a disparu fort à  propos et les salles d’exposition ont cédé la place à  un vaste espace administratif qui selon le personnel “ne se visite pas”, même le jour de la conférence de presse. Le Centre de la photo, autre structure très contestée, avait pour l’occasion disparu de l’image.

Quelques minutes après la fin de la conférence de Saint-Gervais, le Comité référendaire “Sauvons la Maison de la culture de Saint-Gervais’  annonçait une contre-attaque pour le 11 septembre.

Avant de s’attaquer à  l’inventaire de la collection du CIC, le FMAC devra tout d’abord mettre de l’ordre dans sa propre collection, ceci pour suivre les recommandations de la Cour des comptes : “S’agissant de l’aspect comptable, la Cour a constaté que le mode de comptabilisation des attributions n’était pas conforme aux principes généraux applicables et ne permettait notamment pas de chiffrer la valeur globale des à“uvres acquises. Dès lors que la manière de procéder comporte des risques tant de conformité que financiers, la Cour préconise de la modifier.

La gestion du contrôle des à“uvres prêtées est aussi critiquable dès lors qu’elle n’est pas tenue à  jour régulièrement. Le travail de mise à  jour est toutefois en cours d’achèvement actuellement. Une insuffisance identique est constatée en ce qui concerne la vérification physique des à“uvres qui n’est pas réalisée sur une base régulière pour toutes les oeuvres.”

 


Episodes précédents sur GenèveActive.ch

Publié dans arts, scènes
Un commentaire pour “Votation pour Saint-Gervais : au 3ème étage on dit oui, au 4ème c’est non !
2 Pings/Trackbacks pour "Votation pour Saint-Gervais : au 3ème étage on dit oui, au 4ème c’est non !"
  1. […] également : “Votation pour Saint-Gervais : au 3ème étage on dit oui, au 4ème c’est non !” 8 septembre […]

  2. […] Votation pour Saint-Gervais : au 3ème étage on dit oui, au 4ème c’est non ! […]

Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.