Une collectionneuse fortunée crée un centre d’art contemporain dans un village des Grisons

Susch, Grisons. Photo : CC Mariano Mantel.

Un nouvel espace d’art contemporain ouvrira prochainement à Susch, un petit village de 214 habitants de la Basse-Engadine. Entièrement financé par sa fondatrice l’entrepreneure polonaise Grażyna Kulczyk, le centre d’art accordera une importance particulière aux artistes provenant des pays de l’Est, et notamment aux artistes femmes.

Selon la saison, Susch peut se révéler idyllique ou intransigeant, et la proposition curatoriale s’inscrit dans la réalité physique du musée qui invite à un paradoxe intrigant entre l’esthétique et sa situation près des lieux de pouvoir, de prestige et de richesse établis que sont Davos et St Moritz.

Photo Museum Susch.

Muzeum Susch investit les vestiges d’un ancien monastère rural fondé en 1157 au pied du col de Flüela, un bâtiment abritant une brasserie a été ajouté au XIXe siècle. Avec les 700 mètres carrés d’espace supplémentaire créés à l’intérieur de l’ancienne brasserie, le musée disposera au total de 1 500 mètres carrés d’exposition.
Les structures existantes inscrites au patrimoine ont été restaurées et agrandies grâce à l’expertise des architectes suisses Chasper Schmidlin et Lukas Voellmy, avec l’intention d’honorer le patrimoine et refléter l’esprit du lieu tout en introduisant des interventions architecturales minimales décisives. Des éléments de la roche de montagne naturelle restent exposés, à l’intérieur et à l’extérieur du musée, pour refléter le caractère historique de l’ancien bâtiment de la brasserie.
Une intervention spéciale est en cours d’intégration dans les murs de pierre extérieurs par l’architecte du Cap, Günther Vogt, qui évoque l’idée d’une bibliothèque intégrée aux pierres. L’architecte a façonné le paysage environnant et laissé couler l’eau provenant d’une source naturelle, créant ainsi un environnement unique et impressionnant propre à stimuler la production artistique et la méditation.
Grazyna Kulczyk a souligné que pour elle : «Il était important de travailler avec des architectes qui connaissaient la région et étaient à même de comprendre ses caractéristiques uniques lors de l’intervention dans la structure. Chasper est originaire de l’Engadine et Lukas a également visité Susch. Pendant de nombreuses années, j’étais convaincu qu’ils respecteraient le caractère de l’endroit: grâce à ce processus, nous avons développé une relation avec le bâtiment, découvrant des parties de son histoire qui ont éclairé le projet. Contemplation et défi aux idées reçues, il s’agit d’un musée pas comme les autres. ”

Grażyna Kulczyk. Photo : Adam Plusiński.

Grażyna Kulczyk, ex-épouse du Polonais le plus riche du monde, compte parmi les plus importants mécènes et collectionneurs de Pologne. La collectionneuse a développé un intérêt particulier pour les artistes conceptuels et féminins avec une contribution naturelle de l’art d’Europe centrale orientale toujours sous-représenté en Europe réunifiée. La volonté de Grażyna Kulczyk de créer de nouvelles plateformes pour les professionnels de la création est née de son expérience en tant qu’entrepreneuse et de son désir de soutenir des artistes en dehors du courant dominant, ainsi qu’elle le déclarait à la revue Artforum : “Je veux faire passer les personnes marginalisées et négligées, les idées et les mouvements au centre de la scène, non seulement dans l’économie mais aussi dans l’art et la science”.

Le musée ouvrira le 2 janvier 2019 avec une exposition mettant en vedette une trentaine d’artistes internationaux. Conçu par Kasia Redzisz, conservatrice en chef de Tate Liverpool, l’exposition sera consacrée à la notion de féminité et questionnera les représentations du corps féminin dans l’histoire de l’art”.

Muzeum Susch
Surpunt 78
CH -7542 Susch

Site Muzeum Susch

Tagués avec : , , ,
Publié dans art contemporain, arts, expositions
Copyright

© 2005-2018. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.