L’intense pouvoir de réflexion critique de Mike Kelley exposé à Zurich

The Destroy All Monsters Collective (Mike Kelley, Jim Shaw, Cary Loren), Greetings from Detroit, 2000. © Mike Kelley Foundation for the Arts. All Rights Reserved/VAGA at Artists Rights Society (ARS), NY.

Proposée par Hauser & Wirth à Zurich, l’exposition « Mike Kelley. God’s Oasis » montre des œuvres du début de la carrière de l’artiste post-conceptuel qui s’est construit en s’impliquant sur la scène musicale alternative punk-rock de Détroit dans les années 1970. Les œuvres sur papier, dessins et collages peu sinon jamais exposés, constituent l’axe central de l’exposition.

Vue partielle de l’exposition, ‘Mike Kelley. God’s Oasis’, Hauser & Wirth Zürich 2018 © Mike Kelley Foundation for the Arts. All Rights Reserved/VAGA at Artists Rights Society (ARS), NY.

Considéré comme l’un des artistes les plus importants de la scène américaine, Mike Kelley (1954-2012) a expérimenté toutes les possibilités des arts visuels à une époque où les frontières disciplinaires étaient remises en question et que s’ouvraient les champs de la performance et des nouveaux médias. L’artiste a examiné la culture de masse et abordé des thèmes aussi divers que les relations entre les classes sociales aux Etats-Unis, la musique, la sexualité, la mémoire refoulée, la psychologie, les religions et la politique. Le travail que Kelley a produit tout au long de sa vie a été marqué par son extraordinaire pouvoir de réflexion critique et d’introspection ainsi que par la mise en œuvre dans sa pratique artistique d’une variété de matériaux.

Mike Kelley, The Destroy All Monsters Collective (Mike Kelley, Cary Loren, Jim Shaw), Mall Culture, 2000. Acrylique sur toile. © Mike Kelley Foundation for the Arts. All Rights Reserved/VAGA at Artists Rights Society (ARS), NY.

L’entrée de Mike Kelley dans le monde de l’art s’est faite par le biais de la scène musicale alternative au début des années 1970 à Détroit où il s’impliqua dans la scène punk et forma, en 1974, le groupe musical Destroy All Monsters (inspiré d’un film d’horreur japonais) en compagnie du réalisateur Cary Loren (chant et guitare), Jim Shaw (guitare),  artiste / ex-mannequin Niagara (chanteuse / violoniste), lui même aux percussions et cassettes). Mike Kelley résume ainsi leur expérience : “Nous nous sommes réjouis de la mort du rock. Nous avons abandonné l’instrumentation rock directe en jouant principalement de vieux groupes électroniques, des magnétophones et des enregistreurs de bruit, mais nous n’avions aucun scrupule à utiliser des instruments rock classiques – ou à jouer des versions reprises du rock, bien que nous avions des prétentions légèrement artistiques et avant-gardistes, nous étions en opposition mais nous avions aussi un sens de l’humour, même s’il était très amer. Et comme chez les punk-rockers, il y avait une affiliation de classe bien définie ne voulant pas abandonner, même si nous n’étions pas très heureux, nous ne pouvions pas adopter totalement l’attitude ultra-cool ironique et commercialement emballée de Kraftwerk et de Roxy Music. Le bruit pur que nous avons créé était toujours émouvant, pour nous il restait des vestiges de l’aura du rock psychédélique motivant… même si cela aurait pu être apparent seulement pour nous et pas pour l’auditeur moyen. “

Le thème de l’éducation est central dans l’œuvre de Mike Kelley. En tant que processus social de mise en conformité des individus, il l’intéresse au plus haut point. Mike Kelley, Drawing for Repressed Spatial Relationships Rendered as Fluid # 1: Martian School (Work Site). 2002. © Mike Kelley Foundation for the Arts. All Rights Reserved/VAGA at Artists Rights Society (ARS), NY.

Dans les années 1970, les artistes émergents doivent s’adapter aux développements accélérés des technologies en même temps qu’aux mutations de la société notamment dans la ville alors sinistrée de Détroit, ce que rappelle le curateur de l’exposition Peter Kalesh, « Une nouvelle génération commence à se poser des questions similaires et à rompre avec les principes artistiques de ses prédécesseurs tout en s’appropriant leurs pratiques, même sous des formes radicalement idiosyncratiques et radicales. Cela s’est déroulé dans un contexte devenu douteux et intenable à bien des égards: l’avant-garde avait amené l’idée de l’art moderne à un point final qui rendait la pratique artistique obsolète. Les questions politiques oscillaient entre le traumatisme géopolitique de la guerre froide et la critique profonde, profonde et agressive du système et des structures traditionnelles.

Tout cela s’est passé à la lumière du développement technologique rapide, qui commençait à produire des images et des données d’une abondance sans précédent. Et ce début ne fait que commencer, tous orchestrés par une culture populaire, particulièrement vivante dans la musique et les images en mouvement, qui transmettent et propagent le sentiment que les frontières n’existent plus.

Sous la pression de tous ces développements, le désir de créer de l’art est devenu un défi particulier. Il n’y avait clairement plus de progression logique pour continuer. Les ruptures sont devenues un continuum et des contradictions ont créé de nouveaux liens et affinités. Une recherche désespérée sous-tendait les déclarations impétueuses qui défiaient les approches conventionnelles cultivées par l’avant-garde depuis des décennies – une avant-garde qui, dans sa pratique, avait perdu le contact avec les derniers développements politiques et médiatiques. Vu du point de vue d’aujourd’hui, tout cela s’est passé avec une étonnante simultanéité dans des lieux très différents, de l’Europe de l’Est à la côte ouest des États-Unis. »

Mike Kelley, Untitled (Allegorical Drawing), 1976, Marker on file card. © Mike Kelley Foundation for the Arts. All Rights Reserved/VAGA at ARS, NY, Courtesy the Foundation and Hauser & Wirth.

 

Mike Kelley, Untitled (Student Drawing), 1974. Mixed media on paper. © Mike Kelley Foundation for the Arts. All Rights Reserved/VAGA at ARS, NY, Courtesy the Foundation and Hauser & Wirth.

 

Mike Kelley, Jerry Ford, 1976/93. Mixed media on paper. © Mike Kelley Foundation for the Arts. All Rights Reserved/VAGA at ARS, NY, Courtesy the Foundation and Hauser & Wirth.

 

Mike Kelley, Rose Hobart II. Installation view, ‘Mike Kelley. Eternity is a Long Time’. Hauser & Wirth 2018. À l’intérieur d’une structure en bois, une séquence du film «Porky’ de Bob Clark, tourné en 1981, joue en boucle, la bande originale étant remplacée par «The Wild Bull» de Morton Subtonik (1968). Ressemblant à un gros objet en forme de mégaphone et à la structure de l’un des premiers accessoires de performance de Kelley, «Perspectaphone» (1978), le spectateur doit ramper à quatre pattes depuis l’une des deux entrées du tunnel pour visionner un extrait du film, qui se concentre sur sur la célèbre scène de douche nue, édité au ralenti.

À l’aube des années 2000, Mike Kelley s’est définitivement affirmé comme une figure majeure de la scène artistique internationale. Survenu le 31 janvier 2012, son décès inattendu laisse une œuvre protéiforme, sans doute inachevée mais qui n’a ainsi pas eu à subir la formalisation de sa propre histoire officielle.

Mike Kelley. God’s Oasis
Hauser & Wirth
Zürich
22 septembre au 21 décembre 2018.

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans art contemporain, arts, musique, performance, pop culture
Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.