Michelangelo Pistoletto reçoit le prix Roswitha Haftmann

Michelangelo Pistoletto, La Venus aux chiffons, Exposition Le Troisième Paradis à la Chapelle du Méjan, 2014. © Michelangelo Pistoletto.

Le vendredi 28 septembre, l’artiste Michelangelo Pistoletto (*1933) a reçu le prix Roswitha Haftmann, le prix artistique le mieux doté d’Europe avec CHF 150 000.-

Dans son éloge de l’artiste le Professeur Thomas Wagner a rappelé l’importance du miroir dans l’oeuvre de Pistoletto : «Si l’art est le miroir de la vie, alors je suis le fabricant de miroirs. » Michelangelo Pistoletto a dit cela en 1978. Mais un fabricant de miroirs est-il plus qu’un artisan? Qu’est-ce que cela signifie vraiment lorsqu’un artiste se décrit comme un «fabricant de miroirs»?
Entendez le nom de Michelangelo Pistoletto et vous penserez inévitablement à Arte Povera. Quiconque est familier avec l’histoire de l’art récent peut instantanément récupérer les titres de certaines de ses œuvres les plus connues – «Vénus aux chiffons», ses «Objets miroirs» ou «Objets en moins» – pour montrer qu’il s’agit de matériaux.

Contrairement à ce que l’on pourrait supposer, le nom «Arte Povera» ne désigne pas un groupe d’artistes homogène. En fait, c’est le critique d’art Germano Celant qui, à la fin des années 1960, a identifié des traits communs dans les œuvres et les approches d’artistes travaillant indépendamment les uns des autres; c’est Celant qui a inventé le terme et lui a donné un fondement théorique. Lorsque nous lisons son article de 1967 «Arte Povera. Notes pour une guérilla », la direction prise par ces artistes devient bientôt plus claire. Le texte commence comme suit: «L’être humain vient d’abord, puis le système, ou c’est la même chose dans l’antiquité. Aujourd’hui, cependant, la société suppose de fabriquer des êtres humains préemballés, prêts à être consommés. Tout le monde peut proposer une réforme, critiquer, violer et démystifier, mais toujours avec l’obligation de rester dans le système. Il est interdit d’être libre. Une fois que vous avez créé un objet, vous devez toujours rester à ses côtés. C’est ce que le système commande. Cette attente ne doit jamais être frustrée et une personne assumant un rôle, elle doit continuer à le remplir jusqu’à la mort. »
Si quelque chose est «pauvre» dans l’art de Pistoletto, c’est la pauvreté des illusions. Pour lui, une œuvre d’art est plus qu’une marchandise: elle peut changer les perceptions; cela nous permet de regarder les choses supposées immuables différemment, sans crainte; cela nous prend par surprise, offrant des perspectives qui nous étaient auparavant cachées, et nous montre qu’une véritable expérience peut signifier nous libérer radicalement de notre opinion préconçue.

Un artiste peut-il rendre le monde meilleur? Peut-être; beaucoup peuvent le penser. Le fait est qu’en 1993 avec «Progetto Arte» et 1998 avec la création de la «Citta dell’arte – Fondazione Pistoletto» à Biella, l’artiste prend la responsabilité de relier tous les aspects de l’activité humaine – religion, science, politique, économie et éducation. En 2010, comme pour résumer son art et ses délibérations, il rassemble ses pensées et propose un nouvel ordre, qu’il appelle le Troisième Paradis.
«Je me suis rendu compte, écrit-il, que, malgré toutes mes activités artistiques, intellectuelles et pratiques au service d’un changement responsable de la société, j’ai dû faire un pas supplémentaire, plus résolu et efficace pour contribuer au changement que ce silence, désespéré l’humanité a cherché à invoquer. C’est ainsi que le symbole du Troisième Paradis est apparu. ’Le miroir du fabricant de miroirs nous indique-t-il le chemin? Le regard indirect de l’art peut annuler le pouvoir de la pétrification – et dans l’œuvre de Michelangelo Pistoletto, nous en faisons l’expérience.

Le prix Roswitha Haftmann est le fruit d’une initiative de Roswitha Haftmann (1924–1998). Depuis 2001, sa fondation le décerne à des artistes vivants dont l’œuvre est de toute première importance. Les lauréats sont désignés par le conseil de fondation. En font partie les directeurs du Kunstmuseum de Berne, du Kunstmuseum de Bâle, du Musée Ludwig de Cologne et du Kunsthaus Zürich, auxquels s’ajoutent des membres nommés par le conseil de fondation.

 

Tagués avec : ,
Publié dans art contemporain, arts
Copyright

© 2005-2018. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.