Les pavés des Grottes sont offerts à l’adoption

Investissez dans une place publique, offrez-vous un bout de Genève et un peu de rêve. Les fonds récoltés par les ventes serviront à faire entrer la Place des Grottes au patrimoine mondial de l’UNESCO.Avant les travaux engagés par la Ville de Genève pour réaménager la place des Grottes d’ici le mois de mai 2018, l’association Dakota détaille le revêtement actuel, pavés, morceaux de bitume et autres pour que l’esprit des Grottes perdure. Mis en vente pour un franc symbolique, un sceau spécial en attestant l’origine est apposé sur la relique lors de la transaction. Le tailleur de pavés de Dakota indique que le produit de la vente servira “à payer des posts de vin pour faciliter l’inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO”.

Chaque pavé étant différent, clair, foncé, irrégulier, lisse, rugueux, mat, brillant, chacun choisit le pavé qu’il désire accompagner dans sa vie future, un membre de Dakota l’extrait sur demande.

Un sceau spécial est apposé sur chaque relique.

Début du chantier et projet artistique participatif

Le chantier de réaménagement de la place des Grottes a débuté. Les travaux se termineront en mai 2018. Toute la surface de la place sera remise à neuf, jusqu’à l’amorce des rues voisines. L’espace central sera laissé libre pour accueillir le marché hebdomadaire et diverses manifestations. La fontaine sera déplacée dans la perspective des rues adjacentes. De nouveaux arbres seront plantés sur la place. Ils seront entourés chacun d’une plate-bande et d’un banc. Un nouvel éclairage sera également installé.

Le chantier se déroulera par étapes, pour maintenir une accessibilité en tout temps aux commerces et aux logements.
Dès le 6 juillet, le marché du jeudi sera déplacé dans les rues de la Faucille et de la Sibérie, pour une durée de 5 mois environ.
En parallèle, c’est l’occasion de poursuivre la démarche participative initiée dans le cadre du « contrat de quartier» des Grottes et qui a débouché sur ce projet d’aménagement concerté de la place.

Juste à côté, un étrange bestiaire est visible le long de l’avenue des Grottes. Des animaux ont été imaginés, créés et dessinés par les enfants de deux classes de l’école des Cropettes ainsi que par les aînés du foyer Soubeyran. Ils ont ensuite été reproduits sur le sol sous la forme d’une grande fresque.

Un membre de Dakota à la recherche de boucles d’oreille ayant appertenu à l’Impératrice Sissi.

 

Les Grottes demain. Image de synthèse.

Plusieurs événements accompagnent le chantier

Dans le cadre d’une collaboration entre la Ville de Genève et Pré en Bulle, avec les artistes de rue des compagnies Les 3 points de suspension et Dakota, ainsi que les médiatrices culturelles de Godzillab.
Mardi 4 et mercredi 5 juillet entre 11h30 et 18h30 ainsi que jeudi 6 juillet entre 13h30 et 21 h, rendez-vous sur la place des Grottes pour l’opération « place publique ». Ce sera l’occasion unique d’acquérir un morceau de patrimoine urbain! Le dépliant annexé contient de plus amples informations à ce sujet.

 

Comment prendre de soin de son pavé ?

L’exemple du pavé de compagnie :

En 1975, aux Etats-Unis, Gary Dahl est devenu millionnaire en vendant des cailloux sous le nom de pet-rock ou une « roche de compagnie ». Les roches étaient emballées dans une petite boîte trouée, ressemblante à une cage pour animaux. Un manuel d’Entrainement de la Roche de Compagnie avec des instructions conseillait sur la façon de l’élever et d’en prendre soin. le pet-rock est considéré comme l’ancêtre du tamagochi.

Publié dans architecture et urbanisme

GenèveActive, plateforme culturelle indépendante active depuis plus de dix ans, dépend du soutien des entreprises culturelles et de ses lecteurs pour développer son activité de médiation et répondre aux attentes croissantes des acteurs culturels. Soutenir financièrement l’association de soutien, reconnue d’utilité publique.

Copyright

© 2005-2018. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.