Les nouvelles tendances audiovisuelles se montrent au GIFF

Eugene YK Chung, Arden’s Wake: Tide’s Fall. 2018.  Etats-Unis. Animation.

La 24e édition du GIFF ouvre ses portes le vendredi 2 novembre avec la Première suisse du film Un couteau dans le cœur en présence de son réalisateur Yann Gonzalez et des acteurs Kate Moran et Nicolas Maury. Jusqu’au 10 novembre, le GIFF offrira la possibilité de découvrir 164 films, séries et œuvres numériques dont 8 Premières mondiales, 10 Premières internationales, 7 Premières européennes et 75 Premières suisses.

Ryusuke Hamaguchi, Asako I & 2 (Netemo Sametemo), 2018. Japon. Première suisse.

Durant 9 jours, le Festival accueillera à Genève les plus grands talents de l’innovation audiovisuelle et les acteurs clés des arts immersifs. Parmi les incontournables, un vol immersif dans la peau d’un ptérodactyle (Jurassic Flight), la visite d’un musée entièrement virtuel, une pièce de théâtre mélangeant performance live et VR (24/7), la projection d’un film contrôlé par la pensée (The MOMENT) ou encore une expérience entre bande dessinée et VR imaginée par The Black Eyed Peas (Masters of The Sun).

La création suisse y tient une place importante avec des thrillers vicieux, cinéma atmosphérique, série élégante, films de la relève, vidéoclips acidulés, ainsi que les oeuvres immersives les plus innovantes du moment..

Le GIFF c’est l’occasion de découvrir :
Viola Davis chez Steve McQueen, Vanessa Paradis chez Yann Gonzalez, Jim Carrey chez Michel Gondry, Juliette Binoche chez Naomi Kawase, Virginie Efira chez Catherine Corsini, Carlos Reygadas chez Carlos Reygadas, Hugh Grant chez Stephen Frears. Et aussi : Kim Ki-duk, Benedict Cumberbatch et Jennifer Jason Leigh, Jia Zhang-Ke, Catherine Deneuve et Chiara Mastroianni, Golshifteh Farahani, Karin Viard, Peter Greenaway, Eric Khoo…

Des rencontres exceptionnelles avec : Peter Greenaway (Film and Beyond 2018), Souleymane Cissé (Baara, Yeelen), Kenneth Lonergan (Howards End), Eugene YK Chung (Arden’s Wake: Tide’s Fall), Marthe Keller (Dévoilées, The Witness), Eva Husson (Les Filles du Soleil), …

Et aussi des soirées Nuits blanches, des projets spéciaux dont un stand-up inédit avec Marina Rollman et Yann Marguet, le premier film contrôlé par la pensée The Moment et une pluie de nouveautés, comme un GIFF Movie Truck sur la plaine de Plainpalais.

Jia Zhang-ke “Ash Is Purest White”. Chine-France-Japon. France, Chine, Japon. Première suisse.

Le GIFF accorde une large place au cinéma asiatique avec Tsai Ming Liang (Taiwan), Jia Zhang-ke représentant du nouveau cinéma chinois, Bi Gan(Chine), Khavn De La Cruz (Philippines), Kim Ki-duk (Corée du Sud), Mamoru Hosoda (Japon), Hong Sang-soo (Corée du Sud), Naomi Kawase (Japon), Ryusaka Hamaguchi (Japon).

Tsai Ming-Liang, Your Face (ni de lian), 2018. Taiwan. Première suisse.

Pour la première fois cette année, l’édition 2018 du Geneva International Film Festival (GIFF) accueillera une sélection sur-mesure de courts métrages des Internationale Kurzfilmtage Winterthur tandis qu’un programme d’œuvres en réalité virtuelle concocté par la manifestation genevoise sera proposé au public de Winterthour.

L’affiche du GIFF, créée par la graphiste Laura Cocchi, rend cette année hommage à la thématique de la 24e édition du Festival : réel/transréel. « Le transréel, c’est le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui », explique Emmanuel Cuénod, directeur artistique et général du GIFF. « A savoir cet espace étrange, déconcertant, où cohabitent sur un même plan réalité physique et réalité virtuelle. Un univers où des apps influent sur nos comportements sexuels ou sociaux, guident nos choix, nous assistent dans nos déplacements. En retour, nous modifions la machine, en la saturant de visions déformées, prismatiques, de nos propres existences et de nos besoins. C’est un nouvel âge baroque qui s’ouvre, dans une version digitale.»

Geneva International Film Festival (GIFF)
Lieu central : Maison communale de Plainpalais (Pitoëff)
Rue de Carouge 52 / 1205 Genève.

Tagués avec : ,
Publié dans cinéma, expositions