Une Biennale de Venise politiquement opportuniste

Vik-Muniz-artguide
Vik Muniz, Lampedusa. Photo Vik Muniz Artguide.

Le Lion d’or du meilleur artiste est décerné à l’artiste états-unien Adrian Piper. Le Lion politique va au Pavillon de la République d’Arménie. Okwui Enwezor, le directeur de la foire-biennale, n’a oublié aucune des misères du monde, du trafic d’êtres humains à Ebola dans sa mise en scène hypocrite de l’art global qui ne concerne qu’un petit groupe d’artistes et de marchands.

Lampedusa, l’oeuvre de Vik Muniz qui fait référence aux migrants qui tentent de traverser la Méditerranée, fait l’objet de polémiques. Le Conseil italien pour les réfugiés (cité par l’agence italienne ANSA) estime que « le sens original de l’oeuvre n’a plus de sens face à la répétition de l’horreur, avec la mort par noyade de plus de mille personnes qui cherchaient à rejoindre l’Europe entre le 12 et le 19 avril 2015.»

vik-muniz
Vik Muniz, “Lampedusa”. Photo Vik Muniz.
Voir : La honte dans les abysses. GenèveActive.
Tagués avec :
Publié dans expositions, marché de l'art
Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.