L’environnement performatif d’Alexandra Pirici enveloppera les spectateurs d’Art Basel

Oeuvre précédente : Alexandra Pirici, ‘Aggregate’, exposition Neuer Berliner Kunstverein, 2017. © Neuer Berliner Kunstverein. Photo : Joseph Devitt Tremblay.

En juin prochain, le visiteur d’Art Basel se trouvera enveloppé sur la Messeplatz de plus de 60 artistes formant un vaste corps collectif répétant des gestes individuels. Il s’agit de l’environnement performatif Aggregate (2017-2019) que créera l’artiste roumaine Alexandra Pirici, elle-même sélectionnée par la direction de la foire.

L’oeuvre organisée par Cecilia Alemani – directrice et cheffe conservatrice de High Line New York– sera présentée sur la piazza face à l’entrée de la foire. Dans son travail, Alexandra Pirici met en scène des actions complexes et des chorégraphies vivantes pour explorer des manifestations symboliques de l’histoire, des notions individuelles et collectives de présence corporelle et des structures de pouvoir.
En interprétant des sons et des sons issus de sources populaires et disparates pour tenter de restituer différentes formes de mémoire patrimoniale et culturelle, Pirici a conçu Aggregate comme une capsule temporelle dans laquelle des fragments de culture vernaculaire, d’histoire de l’art et de la vie quotidienne revivent.

Lorsque les spectateurs marchent dans ce paysage performatif, les danseurs et les interprètes se mélangent de manière transparente avec le public. Alors qu’ils suivent un cadre algorithmique défini, les danseurs choisissent d’optimiser la façon dont ils combinent des éléments individuels à partir d’un grand choix de matériaux chorégraphiques, y compris des extraits de chansons pop telles que Depeche Mode Enjoy the Silence (1990), mis en scène. Ces mouvements évoquent des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art, tels que David de Michel-Ange (1504) ou Lisa Mona de Wifredo Lam, ainsi que des références populaires aux films de Bollywood et aux signaux du mouvement d’occupation. La chorégraphie est ensuite ponctuée par des extraits de poèmes de Forough Farrokhzad, de Gil Scott-Heron et de Simone Yoyotte, et par de la musique folklorique roumaine de Maria Tănase.

En identifiant et en soulignant des fragments d’une conscience collective, Aggregate invite les spectateurs à réfléchir sur la manière dont les identités sont construites et interprétées, et sur la manière dont la collectivité est construite à travers le rappel sélectif, la multiplication et l’hybridation de connaissances et d’informations. Ainsi, Pirici insiste pour que le spectateur confronte les points communs et envisage la société elle-même comme un corps subjectif et vivant de souvenirs et de comportements partagés.

Alexandra Pirici. Photo Andrei Dinu.

Alexandra Pirici est une artiste et chorégraphe roumaine dont les performances et les environnements performatifs explorent l’incarnation, l’histoire et les structures invisibles du pouvoir, tant dans les centres d’art que dans les espaces publics. Son travail a été présenté au pavillon roumain lors de la 55e édition de la Biennale de Venise (2013); Manifesta 10, Saint-Pétersbourg (2014), la Biennale de Berlin (2016); et la 5ème édition de Skulptur Projekte Münster (2017). Elle a également présenté ses actions en cours au Centre Pompidou, Paris (2014); Van Abbemuseum, Eindhoven (2014-15); le musée d’art moderne de Varsovie (2015); Tate Modern, Londres (2016); la High Line (2017) et le New Museum, New York (2018), entre autres.

Art Basel, 13 au 16 juin 2019.

Tagués avec : ,
Publié dans art contemporain, arts, performance
Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.