Le Pritzker 2018 récompense l’architecte indien Balkrishna Doshi

Balkrishna Doshi. Toutes les illustrations courtesy of VSF.

Le professeur Balkrishna Doshi, originaire de l’Inde, a été choisi comme lauréat du prix Pritzker Architecture 2018, le prix reconnu internationalement comme le plus grand honneur de l’architecture.

Architecte, urbaniste et éducateur depuis plus de 70 ans, Doshi a contribué à façonner le discours de l’architecture en Inde et à l’étranger. Influencé par les maîtres de l’architecture du XXe siècle, Charles-Édouard Jeanneret, dit Le Corbusier, et Louis Kahn, Doshi a su interpréter l’architecture et la transformer en ouvrages construits respectant la culture orientale tout en améliorant la qualité de vie en Inde. Son approche éthique et personnelle de l’architecture a touché les vies de toutes les classes socio-économiques à travers un large éventail de genres depuis les années 1950.

“Mes œuvres sont une extension de ma vie, de ma philosophie et de mes rêves qui tentent de créer un trésor de l’esprit architectural. Je dois ce prix prestigieux à mon gourou, Le Corbusier. Ses enseignements m’ont amené à questionner l’identité et m’ont poussé à découvrir de nouvelles expressions contemporaines adoptées régionalement pour un habitat holistique durable », a commenté Doshi, lors de la remise du prix, avant de poursuivre : “Avec toute mon humilité et ma gratitude, je tiens à remercier le jury Pritzker pour cette reconnaissance profondément touchante et gratifiante de mon travail. Cela réaffirme ma conviction que «la vie célèbre quand le style de vie et l’architecture fusionnent».

Institute of Indology.

L’architecture de Doshi explore les relations entre les besoins fondamentaux de la vie humaine, la connexion à soi-même et à la culture, et la compréhension des traditions sociales, dans le contexte d’un lieu et de son environnement, et à travers une réponse au modernisme. Des souvenirs d’enfance, des rythmes de la météo à la sonnerie des cloches des temples, éclairent ses créations. Il décrit l’architecture comme une extension du corps, et sa capacité à aborder attentivement la fonction tout en tenant compte du climat, du paysage et de l’urbanisation est démontrée par le choix des matériaux, le chevauchement des espaces et l’utilisation d’éléments naturels et d’harmonisation.

Institute of Indology.

L’Institut d’Indologie (Ahmedabad, 1962) et Premabhai Hall (Ahmedabad, 1976) figurent parmi les travaux notables de Doshi qui comptent également des espaces culturels tels que Tagore Memorial Hall (Ahmedabad, 1967), l’institution académique Centre de planification et de technologie environnementale (Université CEPT) (Ahmedabad, 1966-2012), les ensembles de logements Vidhyadhar Nagar Masterplan et Urban Design (Jaipur, 1984) et Life Insurance Corporation Housing ou «Bima Nagar» (Ahmedabad, 1973); et résidence privée Kamala House (Ahmedabad, 1963), parmi beaucoup d’autres.

Aranya Low Cost Housing.

L’architecte a conçu Aranya Low Cost Housing (Indore, 1989), qui accueille actuellement plus de 80 000 personnes à travers un système de maisons, de cours et un labyrinthe de voies internes. Plus de 6 500 résidences vont des modestes unités d’une pièce aux maisons spacieuses, accueillant les résidents à faible et à moyen revenu. Les couches superposées et les zones de transition favorisent des conditions de vie fluides et adaptables, habituelles dans la société indienne.

Aranya Low Cost Housing (drawing courtesy of VSF)

 

Centre for Environmental Planning and Technology.

“Chaque objet qui nous entoure, et la nature elle-même – les lumières, le ciel, l’eau et la tempête – tout est dans une symphonie”, explique Doshi. “Et cette symphonie est ce qu’est l’architecture. Mon travail est l’histoire de ma vie, en constante évolution, en évolution et en recherche … cherchant à enlever le rôle de l’architecture, et ne regarde que la vie. ”

Sangath Architect’s Studio.

L’atelier de Balkrishna Doshi, Sangath (Ahmedabad, 1980), se traduit par «déménager ensemble». Le placement des espaces communautaires, y compris un jardin et un amphithéâtre en plein air, souligne le respect de Doshi pour la collaboration et la responsabilité sociale. Les toits voûtés, les revêtements en mosaïque de porcelaine, les zones herbeuses et les espaces creux permettent d’atténuer la chaleur extrême. Le détail de la mosaïque se retrouve dans le toit inspiré de la tortue d’Amdavad Ni Gufa (Ahmedabad, 1994), une galerie d’art en grès cérame, ondulante, en forme de grotte, placée sous terre, avec des œuvres de Maqbool Fida Husain.

Amdavad Ni Gufa.

Le toit de l’atelier de l’architecte est inspiré de la tortue d’Amdavad Ni Gufa.

Indian Institute of Management, Bangalore.

L’architecture de Doshi est à la fois poétique et fonctionnelle. L’Institut indien de management (Bangalore, 1977-1992), inspiré par les villes et les temples indiens traditionnels de labyrinthe, est organisé comme des bâtiments, des cours et des galeries imbriqués. Il offre également une variété d’espaces protégés du climat chaud. L’échelle de maçonnerie et les vastes couloirs infusés d’un campus de verdure permettent aux visiteurs d’être simultanément à l’intérieur et à l’extérieur. Alors que les gens traversent les bâtiments et les espaces, Doshi les invite à faire l’expérience de leur environnement et suggère également la possibilité de transformation.

Indian Institute of Management.

“Le professeur Doshi a déclaré que” le design convertit les abris dans les maisons, les logements dans les communautés et les villes en aimants d’opportunités “, a commenté Tom Pritzker, président de la Hyatt Foundation qui parraine le prix . “Le travail de Balkrishna Doshi souligne vraiment la mission du Prix: démontrer l’art de l’architecture et un service inestimable pour l’humanité. Je suis honoré de présenter le 40e anniversaire de ce prix à un architecte qui a contribué à plus de 60 années de service pour nous tous. ”

L’autre image de Tom Pritzker.

Tagués avec : ,
Publié dans architecture et urbanisme, arts
Copyright

© 2005-2018. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.