Le 27 septembre, la Fondation de Saint-Gervais a perdu un million de francs et en est ravie

Le 27 septembre 2009, avec 57.8% de votes favorables, le peuple a accepté le transfert du budget du centre pour l’image contemporaine de Saint-Gervais aux structures présentes dans le BAC. Réactions de Patrice Mugny et de Jean Batou.

[MEDIA=115]

 Jean Batou, de Solidarités et à  la tête du comité référendaire, tient à  poursuivre son engagement en faveur de la diversité de la scène culturelle genevoise.

[MEDIA=114]
Patrice Mugny, Conseiller administratif en charge des affaires culturelles estime que son projet de concentration des structures artistiques sort de cette votation avece plus de légitimité.

Les bureaux de vote de Champel et de Florissant-Malagnou auront enregistré la plus forte participation (48 %) et le plus grand soutien (près de 65% pour le Oui) au transfert du million du Centre pour l’image contemporaine au Centre d’art contemporain et au Fonds municipal d’art contemporain (FMAC). Seul le quartier Mail-Jonction aura refusé ce transfert. La proportion très importante de bulletins blancs (12%, alors qu’ils ne sont que de 7% dans le cas du “parc pour l’OMC”) montre que l’enjeu n’était pas clair pour nombre de citoyens. Il reste maintenant à  peine dix-huit mois à  Patrice Mugny (avant les élections de 2011) pour terminer son grand projet de concentration des structures culturelles.
La réduction de la subvention à  la Fondation de Saint-Gervais était souhaitée par la fondation elle-même qui souhaite démanteler le Centre pour l’image au profit du Centre d’art contemporain et du FMAC. Le bâtiment de Saint-Gervais devrait être remodelé pour abriter des activités relatives à  l’écrit, un projet qui officiellement n’en est encore qu’au stade de l’idée naissante, in progress donc.

Le RAAC s’était discrètement prononcé pour le transfert, tout comme nombre de structures subventionnées. Le Conseil de la fondation a également bénéficié in extremis du soutien actif de Philippe Macasdar, le directeur du théâtre s’étant vu proposer un sursis jusqu’en 2012, soit l’organisation de deux saisons. Par contre, rien d’autre que des mots ne garantit la destination future du bâtiment, mais là , selon Philippe Macasdar lui même, (voir la vidéo) “l’incertitude est depuis toujours le lot de Saint-Gervais”.  Son directeur a annoncé un grand pôle artistique centré sur le théâtre et ouvert à  l’art contemporain. Les restrictions budgétaires à  venir que les conseillers administratifs ont annoncées ce 27 septembre vont à  coup sûr bouleverser ces plans.

Jacques Magnol

 

Voir les détails des votes sur le site de la Ville.

L’avis de Bernard Zumthor sur le démantèlement de Saint-Gervais.

Votation pour Saint-Gervais : au 3ème étage on dit oui, au 4ème c’est non !

 

Mise à  jour: 30 septembre 2009.  Communiqué du SSP et la Commission Syndicale du Personnel de Saint-Gervais : “Le lendemain du vote sur le CIC, la totalité du personnel du CIC a été licencié sans possibilité de transfert ni autre poste proposé. Ceci viole gravement les engagements faits durant la campagne.
Cet acte est indigne des autorités municipales, responsable de ce qui était annoncé comme un transfert du CIC sans licenciement de personnel.
Il s’agit clairement d’une vendetta politique sur les employés, engagés en faveur du NON durant la campagne de votation.”

Publié dans arts, scènes
Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.