Ex-Artamis: Le premier éco-quartier genevois est annoncé pour 2014

maquette exterieur

Le 8 février 2010, c’est un enthousiaste Rémy Pagani, maire de la Ville de Genève, qui a annoncé que sur  l’ancien site d’Artamis, rebaptisé éco-quartier de la Jonction, “la majorité des couches sociales aura la possibilité d’habiter des logements de qualité”. La grande force de ce projet réside dans l’importance donnée à  la dimension sociale du quartier, à  la qualité de vie et aux relations entre les habitants.

Les travaux de décontamination du site doivent s’achever en 2012 pour permettre le démarrage du chantier de construction. Ainsi, les premiers habitants de l’éco-quartier de la Jonction, qui offrira 300 logements devraient pouvoir emménager à  l’horizon 2014.

Le lauréat du concours, choisi à  l’unanimité du jury, est le projet «SOCIAL LOFT» de l’équipe pluridisciplinaire conduite par le bureau d’architectes lausannois Dreier Frenzel Architecture & Communication.

 

[MEDIA=157]

Intervention de Rémy Pagani, le 8 février 2010.

 

appartement

 

Le projet : Un nouveau quartier au cà“ur de l’agglomération
Le futur éco-quartier de la Jonction, d’une superficie de trois hectares, sera bâti au cà“ur de l’agglomération genevoise, entre le boulevard de Saint-Georges, le quai du Rhône, la rue des Gazomètres et le cimetière des Rois, soit sur un site bien desservi par les transports publics. Ce quartier exemplaire accueillera 300 nouveaux logements. Un tiers de ces logements répondra aux critères des habitations bon marché (HBM) et sera construit par la Fondation de la Ville de Genève pour le logement social (FVGLS). Un autre tiers répondra aux critères des habitations mixtes (HM) et sera réalisé par les coopératives de l’habitat associatif (CODHA) et de la rue des Rois. Le dernier tiers se présentera sous la forme de logements à  loyer libre, dont la réalisation incombera à  la CODHA et à  la coopérative de la rue des Rois.
Destiné aux enfants du quartier, un demi-groupe scolaire est également prévu dans le périmètre. Sa réalisation fera l’objet d’un concours d’architecture ultérieur organisé par la Ville de Genève. Un «Forum», lieu de réunion pour l’ensemble des habitants et des visiteurs du quartier, figure aussi dans le programme d’aménagement du site.
Le sous-sol du complexe scolaire comportera des dépôts pour les collections des musées de la Ville de Genève, actuellement stockées dans des lieux nombreux, inadaptés et totalement saturés. Enfin, un total de 5000 m2 sera dévolu aux commerces de proximité, aux petites et moyennes entreprises (PME) ainsi qu’à  des locaux culturels et associatifs. Un parking de 150 places pour les habitants (une pour deux logements) sera réalisé par la Fondation des parkings. Ce dernier comprendra également des places de stationnement dans une proportion comparable à  celles supprimées en surface dans le cadre de la réalisation du tram Cornavin-Onex-Bernex (TCOB).

Les points forts relevés par le jury
La grande force du projet retenu réside dans l’accent porté à  la dimension sociale du quartier, à  la qualité de vie et aux relations entre les habitants. La qualité urbanistique des espaces publics générés est convaincante et novatrice. Les espaces extérieurs sont conviviaux et favorisent les échanges et les rencontres. Quant aux rez-de-chaussée des immeubles, ils sont traités comme de larges espaces de rencontre qui prolongent l’espace public. La présence des places de stationnement pour les vélos dans les espaces de rencontre participe à  afficher le caractère spécifique du quartier et à  intégrer la mobilité douce dans les modes de vie de chaque habitant ou utilisateur du lieu.

[MEDIA=158]

Intervention de Mark Muller, le 8 février 2010.

 

Historique du projet

[MEDIA=160]

par Rémy Pagani, le 11 décembre 2007, lors du débat organisé par Genève Active à  la Fondation Braillard Architectes: Artamis : Vers le premier éco-quartier genevois ?

Commentaire
Il conviendrait plutôt de parler d’urbanisme écologiquement responsable, selon les critères actuels de développement durable, que d’éco-quartier dont le modèle se rapproche de celui d’une mini ville dans laquelle se développe une économie solidaire de proximité. On aurait tort d’imaginer que le progrès technologique évitera aux habitants de remettre leurs habitudes en question, celles de consommation en premier lieu, et également en matière de déplacement et de loisir. L’expérience a montré qu’il était indispensable d’encourager la participation des futurs habitants dans le processus d’élaboration du quartier ainsi que leur participation à  la vie du quartier. Les écologistes “durs” imaginent diverses formes de contrôle social pour amener les habitants à  se conformer aux valeurs des concepteurs. Il existe cependant d’autres modes plus doux qui passent par un effort d’information, de sensibilisation, important et continu, rendu indispensable pour éviter le décalage entre la vision des politiciens, des urbanistes et des architectes soucieux de développement durable et de lien social.
à€ Vauban, par exemple, nombre d’habitants ont préféré déménager que s’adapter à  un mode de vie convivial qui demandait une certaine évolution des mentalités, dont celles liées à  la mobilité ou à  la place des enfants dans les espaces communs. Dans d’autres projets, à  Pessac (par le Corbusier), les habitants ont modifié les structures. C’est pour éviter ces déconvenues futures que Rémy Pagani a encouragé la participation des futurs habitants au processus d’élaboration et de gestion du futur ensemble. Le maire de Genève a ainsi réitéré cette invitation au groupe des anciens utilisateurs du site Artamis, venus manifester durant la conférence de presse, la même invitation avait été formulée auprès de l’association Pour que pousse coquelicot qui l’avait déclinée. Pour passer aux actes, un «Forum», lieu de réunion pour l’ensemble des habitants et des visiteurs du quartier, figure aussi dans le programme d’aménagement du site.

Au Dannemark, l’éco-quartier d’Hedebygade a échoué car, en dix ans, l’explosion des loyers a fait déserter les étudiants instigateurs du projet et les nouveaux habitants n’ont pas l’état d’esprit communautaire et ne se sentent pas concernés par les questions de développement durable. Ce sera une tâche ardue que de réaliser un projet social dans un XXIe siècle toujours plus matérialiste, égoïste et orgueilleux. Un esprit nouveau souffle cependant sur Genève avec la volonté du Conseil municipal d’offrir aux piétons de nombreuses rues libérées de la circulation de transit, de rendre la rade plus accueillante, de lancer le projet d’éco-quartier sur l’ancien site d’Artamis, entre autres. Il faut avoir vu les lever de boucliers de commerçants en colère lors de la création des zones piétonnes au centre de Neuchâtel, à  Lyon ou à  Strasbourg, par exemple, puis l’expression ravie des mêmes découvrant un nouvel espace convivial propre aux affaires, pour réaliser que les désirs d’autoroutes urbaines desservant des commerces ouverts 24h/24h, défendus par quelques conseillers d’Etat sans vision sont en contradiction avec ceux de la population.

Jacques Magnol

Exposition des projets du concours d’architecture éco-quartier Jonction, du 9 au 24 février 2010
Forum Faubourg, 6 rue des Terreaux-du-Temple, 1201 Genève
Heures de visite: mardi, mercredi, vendredi, samedi de 11h à  18h, jeudi de 11h à  20h
(visites commentées le jeudi sur réservation au 022 418 96 96)

 

à€ propos du même sujet sur Genève Active :

Rémy Pagani veut révolutionner la politique du logement social de la Ville de Genève. (29 octobre 2007)
Un projet pilote de renouvellement urbain à  Genève (4 mars 2009)
Artamis est Carré Vert avant de devenir le premier véritable éco-quartier de Genève vers 2014 (28 octobre 2008)
Le site des amis de l’art (Artamis) devra être libéré le 1er septembre 2008. (19 février 2008)
Fin d’une époque pour une scène alternative qui doit inventer un nouveau mode de fonctionnement.(4 octobre 2007)
Le zonage culturel représente-t-il une alternative au manque d’espaces pour les artistes? (6 mars 2008)
Le Galpon demande un enterrement de première classe. (7 avril 2008)

 

Publié dans architecture et urbanisme, société
Un commentaire pour “Ex-Artamis: Le premier éco-quartier genevois est annoncé pour 2014
1 Pings/Trackbacks pour "Ex-Artamis: Le premier éco-quartier genevois est annoncé pour 2014"
  1. […] Mise à  jour, 9 février 2010. Ex-Artamis: Le premier éco-quartier genevois est annoncé pour 2014 […]

Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.