Désir et fantasmes autour de 40 tonnes de larmes

scène

Sportstuck, la précédente pièce de Maya Bà¶sch tutoyait le ciel et confrontait le spectateur à  la ville sur le toît du Théâtre Saint-Gervais. Avec Déficit de larmes, le ciel ou le paradis (Heaven) descend au sous-sol du Grütli, dans l’univers fantasmatique de la Black Box.

Entretien avec Maya Bà¶sch dans la Black Box.

[MEDIA=125]

Sportstuck aurait dû connaître une apothéose dans une création prévue au Stade de Genève mais le projet a avorté provoquant certaines des larmes contenues dans la gigantesque forme noire qui semble dormir au centre d’une pièce toute aussi noire, du sol au plafond. 40 tonnes de liquide remplissent ce réservoir de larmes, ou plutôt symbolisent un déficit synonyme des « formes du repli émotionnel à  l’à“uvre dans nos sociétés ». Autour, les comédiens se cherchent, s’évaluent, se lient dans un élan qui a beaucoup à  voir avec le manque. “Sans l’autre, le jeu n’existe pas” précise Maya Bà¶sch qui voudrait “donner une expression visuelle à  un éventail de relations humaines allant de l’inaction à  l’action, de la paralysie des corps à  leurs mouvements engagés.

Par son jeu, l’acteur prend une responsabilité et provoque alors chez le spectateur la nécessité de formuler sa propre réaction, critique, voire position. C’est à  cet endroit que le théâtre peut redevenir politique et retrouver son lien au monde”.

Jacques Magnol

Du 6 au 18 octobre 2009 au Théâtre du Grütli, Genève.

Mardi 13 octobre: rencontre avec l’équipe artistique à  partir de 20h45.

 

Concept et mise en scène: Maya Bà¶sch Cie Sturmfrei. Ecriture: Sofie Kokaj. Avec: Barbara Baker, Maelle Bellec, Fred Jacot-Guillarmod, Anne Marchand, Christelle Legroux, Nicolas Leresche, Boubacar Samb + special guest.
Née en 1973 à  Zürich, Maya Bà¶sch se distingue aujourd’hui sur la scène artistique et culturelle par le caractère exploratoire et novateur des formes théâtrales qu’elle conçoit. Dans le cadre des études de mise en scène qu’elle suit à  l’Université de Bryn Mawr de Philadelphie (USA), elle se concentre sur le Political Theatre.
Depuis septembre 2006, Maya Bà¶sch codirige avec Michèle Pralong le Théâtre du Grütli, scène expérimentale et pluridiciplinaire genevoise. Obtention de la bourse Simon I. Patino pour la Cité Internationale des Arts à  Paris en 2002-2003. Obtention d’une bourse de la fondation Dr René Liechti en 2003 et en 2006.

Publié dans théâtre