Crier aux allouilles

Le joyeux et anarchique charivari d’une bande de joyeux lurons (et luronnes ) avinés, sous les fenêtres d’un couple jeune marié du jour, est aujourd’hui remplacé par le triste et quotidien boum-boum-boum émanant de bagnoles ” customisées”. A Genève jusqu’en 1957, au lieu de s’enfermer dans les ultra-basses fréquences des hauts-parleurs, on sortait encore pour aller ” crier aux allouilles “. Les allouilles ?

[display_podcast]

Ecoutez d’autres contes présentés par Jean-Jacques Kurz

Tagués avec :
Publié dans contes
Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.