Une votation populaire décidera du sort du Centre pour l’image contemporaine

Le 17 février 2009, le Conseil municipal a refusé la proposition du Conseil administratif du 4 février 2009 en vue de l’ouverture d’un crédit budgétaire supplémentaire de 1 090 985 francs en faveur de la Fondation de Saint-Gervais Genève.

Propos recueillis le 17 février.

Pour Patrice Mugny, c’est le signe que le Municipal ne veut pas empêcher le transfert des activités du CIC au profit du Centre d’art contemporain et du Fonds municipal d’art contemporain qui vont bénéficier du transfert de la subvention du CIC, respectivement 770’000 et 330’000 francs.

Le peuple sera donc appelé à  voter sur le sort du CIC, selon le comité de soutien, au plus tôt le 27 septembre, ou le 29 novembre 2009. L’acceptation du référendum ne changera probablement rien à  l’utilisation du budget voté en décembre. Si le peuple demande la prolongation de l’activité du CIC, il faudra alors trouver un autre million. D’ici là , un vrai débat devrait s’installer sur la politique culturelle en matière d’arts visuels, un débat que jusqu’à  présent le conseil de la Fondation Saint-Gervais s’est bien gardé d’ouvrir au public.

Les interventions qui ont eu lieu le 17 février ont mis en évidence une méconnaissance inquiétante du sujet de la part de plusieurs orateurs. Ainsi un représentant du PDC a annoncé que le Centre pour l’image contemporaine n’avait plus de raison d’être car “il se trouvait en concurrence avec le Quartier des Bains” ajoutant que le prix de la collection du CIC “n’était pas aussi élevé que l’on croit”. Comment un centre d’art peut-il être mis en concurrence avec une association de galeries ? Les représentants du PDC se sont livrés à  une surenchère de propos assassins sur la qualité du travail du CIC, oubliant avoir siégé au conseil de la fondation Saint-Gervais durant de longues années et être donc co-responsables des manquements qu’ils dénoncent aujourd’hui.

Les représentantes de “A Gauche Toute” ont rappelé que c’est le transfert du CIC au BAC qui avait été prévu et non sa dissolution et que le MAMCO et le Centre d’art ont tout fait pour empêcher l’insertion du CIC dans le Bâtiment d’art contemporain

Pour Jean-Pierre Merlo, du comité de soutien à  SGG, la situation se présente ainsi :
“Après le vote unanime (Verts compris) au conseil municipal d’hier soir nous devons nous interroger: il y aura bien référendum mais au vu de sa formulation:
– si la réponse est positive Patrice Mugny et la FSGG disposeront d’un crédit supplémentaire de 1.1 MFrs pour faire ce qu’ils veulent car aucune obligation de rétablir la subvention du CIC. Par ailleurs rien n’interdit au CAC et au FMAC de disposer de 0.77 MF et 0.33 MF respectivement. C’est à  dire qu’au total 2.2 MF seraient disponibles pour faire de la vidéo sans qu’aucun projet ne soit précisé.
– si la réponse est négative Patrice Mugny poursuit sa politique d’attribution au CAC et au FMAC des activités de l’ex CIC. “

Lire également :

Le comité de soutien à  Saint-Gervais interpelle le Conseil d’Etat. 16 février 2009.

Le projet de BAC genevois se meurt sur fond de batailles d’egos. 5 octobre 2007.

Voir la vidéo de l’interview de Renate Cornu, présidente de la Fondation Saint-Gervais. 1er décembre 2007.

Publié dans arts, politique culturelle
Un commentaire pour “Une votation populaire décidera du sort du Centre pour l’image contemporaine
1 Pings/Trackbacks pour "Une votation populaire décidera du sort du Centre pour l’image contemporaine"
  1. […] Une votation populaire décidera du sort du Centre pour l’image contemporaine […]

Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.