Quatre momies refusées par le MEG retournent au Chili

momie

Tête de momie de la culture Chinchorro, trouvée dans le nord du Chili. (Image d’illustration) ©Pablo Trincado. Creative Commons.

Le 20 janvier 2011, quatre momies précolombiennes ont été remises au gouvernement du Chili dans les locaux du Musée d’Ethnographie de Genève. Il s’agit en l’occurrence d’une restitution volontaire de la part d’une personne privée suisse.

Auparavant, le collectionneur privé avait voulu faire don de ces objets au Musée. Le directeur du musée, également président de la Commission de déontologie des Musées de la Ville de Genève, les avait refusés en application des principes éthiques prévues par le Code de déontologie de l’ICOM pour les musées. Ces principes prévoient qu’un musée doit établir la provenance légale de tout objet culturel avant de s’en porter acquéreur (achat, don, prêt, legs ou échange).

Deux momies de la culture chinchorro
Quant aux quatre objets, il s’agit de deux momies de la culture chinchorro (7000 à  1500 av. J.-C.), d’une momie précolombienne à  la datation incertaine et d’une momie de la période des premiers contacts avec les Espagnols. Les quatre momies viennent du nord du Chili aux confins du désert d’Atacama. Remontant à  5000 av. J.-C, les momies chinchorro sont les plus anciennes momies au monde. Tous ces objets font partie du patrimoine culturel et archéologique chilien.

En plus des quatre momies, la collection privée comptait encore d’autres vestiges humains. Un examen approfondi mené par des experts suisses et chiliens n’a pas permis d’attribuer à  une culture déterminée ces restes qui se trouvent dans un état avancé de désagrégation. Ils seront inhumés à  Genève au printemps 2011 dans le cadre d’une petite cérémonie.

Dès que les autorités suisses eurent pris contact avec elles, les autorités chiliennes se déclarèrent immédiatement prêtes à  rapatrier les momies en coopération avec l’Office fédéral de la culture et le Musée d’Ethnographie de Genève. Deux experts vinrent du Chili pour mener examens et analyses avec leurs collègues suisses.

Le Chili accorde une grande importance à  la conservation de son patrimoine culturel, notamment celui laissé par les premiers habitants. Cette restitution prend un relief tout particulier puisqu’elle s’inscrit dans le cadre des festivités célébrant les 200 ans de l’indépendance de la République du Chili (1810-2010). Les momies seront accueillies au Chili par le Consejo de Monumentos Nacionales et conservées dans des institutions muséales.

La Confédération sauvegarde et protège le patrimoine culturel
De nouveaux devoirs de diligence s’appliquent depuis l’entrée en vigueur de la loi fédérale sur le transfert des biens culturels (LTBC) le 1er juin 2005. Quiconque procède au  transfert d’un objet culturel est tenu de s’assurer que celui-ci n’a pas été volé ou soustrait à  son propriétaire contre la volonté de ce dernier, comme c’est le cas pour des fouilles illicites. Par la loi, la Confédération entend contribuer à  protéger le patrimoine culturel de l’humanité et prévenir le vol, le pillage ainsi que l’exportation et l’importation illicites des biens culturels.

Voir également sur GenèveActive à  propos de la restitution des antiquités :
Restitution des antiquités: un problème souvent mal compris. Avec Jean-Yves Marin, directeur des Musées d’art et d’histoire de Genève.

Publié dans patrimoine
Un commentaire pour “Quatre momies refusées par le MEG retournent au Chili
1 Pings/Trackbacks pour "Quatre momies refusées par le MEG retournent au Chili"
  1. […] sur GenèveActive.ch – Mahmoud Abbas et Patrice Mugny au chevet du Musée archéologique de Gaza. – Quatre momies refusées par le MEG retournent au […]

Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.