Les musées s’affichent sur les tablettes numériques

détail de tablette ipad

Détail de l’affichage de la page d’accueil sur la tablette iPad.

Au début du mois d’octobre 2010, le Melbourne Museum a lancé la première application extensive avec une tablette numérique pour un musée. Depuis le MoMA a suivi avec une présentation exhaustive de son exposition actuelle “Abstract Expressionnist“. Les éditeurs de catalogues qui ne sont pas en train de migrer vers les nouveaux modes de médiation ont du souci à  se faire, tout comme les médias spécialisés!

Le MoMA présente, à  l’aide de ce nouvel outil, soixante photos d’oeuvres, et l’utilisateur peut cliquer pour lire plus d’informations tant sur les artistes que sur le mouvement que d’aucuns nomment Ecole de New York, mais aussi une carte de la région avec les lieux où sont vécu les artistes où sont d’une certaine importance historique, et bien sûr acheter des billets. Des vidéos de commentaires des historiens de l’art qui ont réalisé l’exposition complètent la présentation. Ce dernier développement intervient après le premier livre électronique (e-book) consacré à  Van Gogh par le musée de New York au printemps 2010. Le musée du Quai Branly fut la première institution française à  proposer ce type d’application mais avec des possibilités bien plus réduites.

L’application du MoMA est disponible gratuitement, en France celle de la Réunion des Musées Nationaux réunit 40 oeuvres de Monet, des commentaires et des interviews, et coûte cinq euros. Ce nouvel outil va changer le rapport des visiteurs avec les expositions mais aussi les modes de médiation et de communication des musées. Gratuit ou payant, la même question se posera.

Jacques Magnol

Les nouveaux outils de communication sont-ils des vecteurs de dépendance? C’est l’avis de Pierre Carles, critique des médias et réalisateur du film “Fin de concession” à  lire sur Acrimed: “Ce qu’il nous faudra critiquer, demain, c’est la société de la dépendance, celle qui nous rend accro à  des jouets superflus pour mieux nous empêcher de réfléchir par nous-mêmes. C’est là  où réside notre faiblesse : le capitalisme, lui, sait créer des utopies. L’iPhone, qu’on le veuille ou non, est une utopie, la promesse d’un monde meilleur où tous les services et les plaisirs seront à  portée de main, sans effort, quasi-gratuitement. Un monde meilleur synonyme de sang et de larmes pour la majorité de la population mondiale¦”

Mises à  jour

– 1er décembre 2010.

présentation MAH

Maud Grillet, responsable de l’Accueil des publics au MAH présente l’application du musée pour une tablette numérique.

Le 1er décembre 2010, le Musée d’art et d’histoire de Genève s’est aussi lancé dans la médiation au moyen d’une tablette numérique à  l’occasion de la rénovation de la salle des Antiquités romaines qui avait été inaugurée en 1976. Cette nouvelle salle accueille une présentation diachronique faisant la part belle aux objets illustrant la Rome républicaine comme à ceux reflétant les fastes de l’Empire et la diversité de ses provinces. La tablette qui sera mise a disposition des visiteurs facilitera, grâce aux vidéos disponibles, la mise en contexte des objets présentés. Par la suite, une application téléchargeable en ligne viendra compléter l’offre.

– A l’occasion de l’exposition Picasso (15 octobre 2010 – 30 janvier 2011), le Kunsthaus Zürich élargit aussi son offre de médiation culturelle et propose une application pour un smartphone.

Voir également sur GenèveActive.ch

Les musées suisses ont-ils peur des réseaux sociaux ? (II)
Les musées suisses ont-ils peur des réseaux sociaux ? (I)
Jean-Yves Marin a pour tâche de réanimer le Musée d’art et d’histoire de Genève
Payer pour un produit culturel est aujourd’hui dépassé

Publié dans expositions
Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.