Le galeriste genevois Pierre Huber crée un prix artistique à Shanghaï

prixph_lin_ke_605
Le travail de  Lin Ke distingué par le jury consiste en une installation de deux vidéos : “Today” and “Traditional Romance”.

Le galeriste genevois, créateur de la Foire d’art de Shanghai – SH Contemporary – en 2007, a remis pour la première fois le Prix OCAT-Pierre Huber à l’artiste Lin Ke, un prix qui consiste en une bourse d’étude. L’artiste né à Wenzhou a été distingué par un jury de commissaires internationaux – Carolyn Christov-Bakargiev, Rudolf Frieling, Yuko Hasegawa, Ute Meta Bauer et  Zhang Ga – parmi huit finalistes.

Le jury a apprécié la simplicité élégante et l’humour discret du travail de Lin Ke qui engage le spectateur dans une expérience spatiale, sensuelle et émotionnelle. Réfléchissant à une nouvelle subjectivité à l’ère numérique, l’artiste crée un environnement miroir et métaphorique où le monde qui apparaît sur l’écran et celui du monde entier sont interdépendants. Il traite les images et les sons dans une attitude performative avec une approche nouvelle et poétique. Ces œuvres évoquent nos sentiments et nos actions alors que nous sommes de plus en plus liés aux technologies contemporaines, comme l’artiste lui-même l’a indiqué : «Je me représente comme la fenêtre d’échange entre le monde virtuel et le monde réel.»

prixph14_sh_605
Remise du Prix OCAT-Pierre Huber à l’artiste Lin Ke. A gauche, Mariagrazia Costantino, curatrice de l’exposition “La vérité à propos de l’entropie”.

“Lin Ke’s work is the proof of what happens when art, following people’s “new” living and working modality, becomes self-sufficient and enclosed within the boundaries of its technological output; in his peculiar imagery, the layers of 3D reality we experience “outside” are flattened and compacted on the 2D dimension of the screen and its intrinsic depth, given by the possibility to open many windows at one time: phenomena are thus compressed in one dense (moving) image charged with semantic self-evidence. Using her usual strategy of mystification and translation of cultural and linguistic scopes.”

La vérité à propos de l’entropie

Les travaux des finalistes Aaajiao; Cheng Ran; Fang Lu; Li Ming; Li Ran; Lin Ke; Lu Yang and Zhang Ding font l’objet de l’exposition “La vérité à propos de l’entropie” réalisée par Mariagrazia Costantino à l’OCAT Contemporary Art Terminal Shanghai du 20 décembre 2014 au 1er mars 2015 .

« L’Entropie peut être considérée comme régissant la direction de tous les changements physiques qui se déroulent dans l’univers. Avec le temps, l’énergie d’un système tendra inévitablement à se répartir dans le modèle le plus probable, qui se compose de toutes les particules individuelles du système engagées dans un mouvement désordonné aléatoire ».
Ce que l’Entropie, une loi plutôt insaisissable de la thermodynamique, postule est essentiellement que les changements physiques de la matière sont assujettis, et produisent une modification du système qui se traduit par un agencement différent des mêmes particules, donc de la matière elle-même. Strictement considéré, ceci signifie que dans un système isolé et fermé, tout passe par une altération irréversible provoquant une détérioration de la qualité de l’énergie. D’un côté plus optimiste, cela paraît aussi renforcer le principe de Lavoisier de conservation de la masse, pour lequel rien ne se perd rien ne crée, mais tout change, la quantité de masse restant inchangée.

Si le monde et les choses qui en font partie ont naturellement tendance à l’entropie, l’art contemporain semble suivre ce principe, tout en s’y opposant en même temps, dans la mesure où il lutte contre la dégradation de la réalité, la paupérisation des contenus et la dépréciation de la communication. Sous l’angle d’une meilleure prise en compte, ce dont l’art traite est précisément de la circulation et de la recombinaison des contenus des matières (= information = matière) basées sur un mécanisme entropique que l’intervention de l’artiste met en mouvement.

Les « systèmes » assemblés par les huit participants à la 2014 OCAT-Pierre Huber Art Prize Shortlist Exhibition sont des segments d’une réalité re-travaillée et altérée au point de créer de nouvelles significations qui ne résultent pas d’une détérioration de l’énergie, mais de sa transmission au moyen d’un medium.
C’est alors que la définition des arts média entre en jeu : l’art média n’est pas seulement celui qui est réalisé ou transmis par un medium – ce que l’on nomme « nouveau media » – mais surtout car l’art et ses contenus sont médiatisés et transmis. Selon la loi de l’entropie, la réalité matérielle dont elle est faite est retravaillée, sa structure modifiée fatalement, son potentiel sémantique augmenté, le degré de “chaos” fertile est amélioré.

Les huit artistes participant au OCAT 2014 – Pierre Huber Art Prize Exposition Sélection ont exploité une intervention entropique sur le matériel qu’ils considèrent comme crucial dans leur compréhension du monde.

 

prixph_aaajiao_605

Aaajiao isole les fonctions de base de l’interface-utilisateur et les systèmes de traitement des données; son intervention conceptuelle sur l’écran – une troisième “étape” après la matérialisation d’objets allégoriques conçus pour des utilisations nouvelles et ataviques (une boîte à ouvrir, un “obélisque” qui éjecte une liste significative) – modifie la nature de notre position et de l’identité au sein des systèmes d’entrée-sortie (input-output).

 

prixph_zhang_ding_605

Les Interventions brutales de Zhang Ding sur la matière impliquent un haut degré d’entropie dans la mesure où ils provoquent une altération de la composition et de la forme de la matière; en opérant un tel affranchissement drastique, il crée un type d’énergie complètement différent, découlant de cette explosion de violence, comme dans un big bang originel; mais dans ce cas, tout se passe sur une scène, sous les projecteurs, devant un groupe de spectateurs civilisés et impassibles, et c’est ce qui constitue l’ironie de la situation.

En utilisant sa stratégie habituelle de la mystification et la traduction des champs culturels et linguistiques, Lu Yang organise des espaces interconnectés pour la disposition de projets intégrés faisant allusion au monde des salons de jeux vidéo; une fois de plus, différentes imageries qui forment le noyau de l’éducation de l’artiste créent un court-circuit avec les propres expériences et les attentes des spectateurs, augmentant le montant initial de l’énergie fournie par chaque sphère qui est incluse.

prixph_li_ran_605

Dans ses reconstitutions de processus d’information, des bribes de dialogues, les énoncés et des parodies de spectacles et des entrevues arbitraires, LiRan agite les sédiments de la communication : il en change presque la composition «chimique», en injectant de fortes doses d’une vérité révélée lors d’erreurs occasionnelles, des pauses et des hésitations des «voix» mis en évidence.

prixph_cheng_ran_605

Cheng Ran modifie les conventions narratives et les contextes sociaux des contes de fées pour préserver leur signification et leur fonction, montrant que les choses doivent changer afin de rester les mêmes; il expose l’espace liminal des contes de fées et les schémas narratifs qu’ils incarnent, explorant les frontières entre l’enfance et l’âge adulte, le rêve et l’éveil.

prixph_fang_lu_605

Fang Lu réédite les instants de sa propre compréhension de la vie sociale et politique : la scène métaphorique des médias devient une réalité, les actes sont systématiquement transformées en rituels, la vie en théâtre; en mettant en évidence le degré d’artifice impliqué dans le processus qui permet au système d’information de survivre et de s’étendre, une graine de vérité est aussi semée dans le déroulement réel de tous les jours, la vie publique.

prixph_li_ming_605

Li Ming rapporte l’utilisation moderne du GPS à l’ancienne nécessité de comprendre l’espace et le temps; l’exploration réalisée au cours de ses voyages devient un divertissement pour les utilisateurs du fumoir. L’espace d’exposition de Li sera configuré ainsi : le matériau de la réalité est une fois de plus modifié et transformé en de nouvelles observations, plutôt que de nouvelles utilisations.

OCAT et OCAT Shanghai

OCT Contemporary Art Terminal (OCAT ), est un projet conduit par la société de développement territorial OCT (Overseas Chinese Town), une société chinoise établie à Shenzen depuis 1985 et spécialisée dans la redynamisation culturelle. OCAT est la seule organisation sans but lucratif liée au national Art Museum; de nombreux artistes, critiques et curateurs renommés, chinois et internationaux collaborent avec OCAT et gère des espaces dans les musées de Shanghai, Xi’an et Pékin.
OCAT Shanghai est le premier et le plus grand espace non-lucratif axé sur les médias Art et Photographie à Shanghai et dans toute la Chine. Sous la direction de Zhang Peili le pionnier de l’art vidéo en Chine Shanghai OCAT est engagée dans l’exploration, la présentation et la compréhension de l’art des médias en Chine. OCAT Shanghai est un centre multifonctionnel pour l’exposition des projets médiatiques par des artistes chinois et internationaux, à la fois établis et émergents; il est également conçu comme une plate-forme pour les dialogues et les échanges de points de vue dans la vidéo, la photographie et l’art sonore.

Pierre Huber, galeriste et collectionneur

ph_605
Pierre Huber à Genève, novembre 2014. Photo Jacques Magnol.

Né à Zurich en 1941, Pierre Huber est un galeriste bien connu et propriétaire d’une prestigieuse collection d’art vidéo ainsi que le curateur de collections publiques et privées. En 1984, il a ouvert la Galerie Pierre Huber à Genève, représentant quelques-uns des artistes les plus importants des années 1960, 1970 et 1980. En 1992, il crée Art & Public Gallery à Genève, une plate-forme pour la découverte et la promotion de jeunes artistes internationaux. En 1995, Pierre Huber crée “Art Kommissionpour la réorganisation d’Art Basel, Art Unlimited et Art Statement.
Pierre Huber a ouvert les Foires d’art à des pays comme la Chine, l’Inde, la Corée, le Pakistan. La même année, il fonde l’Association suisse des Galeries dont il est devenu le président. En 2003, il a été promu Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres par la République française. En 2007, il a fondé et dirigé à Shanghai une des plus importantes foires d’art en Asie, SH contemporary. En 2013 il a été nommé docteur honoris causa par l’Académie des Arts de Jingdezhen, Chine.

Tagués avec : , , ,
Publié dans art contemporain
Copyright

© 2005-2018. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.