La Confédération soutient les musées pratiquant une “médiation innovante”

Une classe au Musée d’art et d’histoire de Genève.

La Confédération allouera à l’avenir des contributions d’exploitation à 13 musées, le Musée de l’Elysée à Lausanne et le Musée de l’Ariana à Genève en font partie.
L’Office fédéral de la culture (OFC) a pour la première fois lancé une mise au concours publique pour l’attribution de contributions d’exploitation aux musées. 35 musées ont déposé une demande de soutien. A partir de 2018, 13 d’entre eux recevront une contribution d’exploitation annuelle, pour un total d’environ 5.9 millions de francs par année.

Chaque musée soutenu reçoit un montant fixe de 100’000 francs. A cette somme vient s’ajouter un pourcentage de l’ensemble des charges de l’institution. En fonction de l’évaluation des experts, il se monte à 5 ou à 7% du total des charges. L’aide financière minimale s’élève à 250’000 francs.
Le Musée de l’Elysée recevra CHF 250’000.- en 2018, 390’000.- en 2019 et 450’000.- pour la période 2020-2022. Pour les mêmes périodes, l’Ariana recevra respectivement 250’000.-, 370’000.-, 420’000.-

Par le passé, l’OFC attribuait une contribution d’exploitation annuelle à sept musées. Le choix en revenait au Conseil fédéral et au Parlement, qui désignaient les institutions à soutenir dans le message culture. Il a été prévu dans l’actuel message culture 2016-2020 un changement de système pour 2018, avec une allocation de contributions d’exploitation aux musées sur la base d’une mise au concours. Les critères de soutien sont définis dans une ordonnance du DFI. Pour prétendre à un soutien, les musées doivent : (1) démontrer un rayonnement et une qualité reconnus au niveau national, (2) présenter une collection importante, qui se mesure à son originalité et à sa valeur culturelle pour la Suisse et (3) effectuer un travail de médiation innovant destiné à un large public.

L’OFC a reçu 35 demandes de contributions d’exploitation qu’un groupe de six experts a examinées et évaluées jusqu’à la fin juin 2017. Sur la base de leur évaluation l’OFC alloue des contributions d’exploitation aux 13 institutions suivantes pour la période 2018 à 2022 :

  • Aargauer Kunsthaus, Aarau (AG)
  • Musée alpin suisse, Berne (BE)
  • Ballenberg, Musée suisse en plein air, Hofstetten b. Brienz (BE)
  • HeK (Haus der elektronischen Künste Basel), Münchenstein (BL)
  • Laténium, Hauterive (NE)
  • Musée Ariana (Musée suisse de la céramique et du verre), Genève (GE)
  • Musée de l’Elysée, Lausanne (VD)
  • Museo d’arte della Svizzera Italiana, Lugano (TI)
  • Römerstadt Augusta Raurica, Augst (BL)
  • Bibliothèque du couvent de Saint-Gall, St. Gallen (SG)
  • Technorama, Winterthur (ZH)
  • Musée suisse des transports, Lucerne (LU)
  • Vitromusée, Romont (FR)

Les musées qui bénéficient d’un soutien de la Confédération jusqu’à fin 2017 et qui voient leur soutien être arrêté ou coupé de 30% au minimum recevront en 2018 une subvention de transition unique se montant à 70% du soutien qu’ils recevaient.
L’OFC prévoit pour la période de soutien un total d’environ 5,9 millions de francs en moyenne par année pour le subventionnement des musées et des collections de tiers, ce qui représente une augmentation d’un million de francs par rapport à 2017. Cette hausse a été décidée par le Parlement.

Commentaire : Invité par mail à développer le critère “travail de médiation innovant destiné à un large public”, l’OFC nous indique que “ce critère de médiation est évalué par les experts sous l’angle de la qualité, de la diversité et du caractère innovatif dont font preuve les musées dans ce travail, qui doit permettre de toucher un large public.” L’OFC “ne communique pas les détails concernant les dossiers de candidature et ne peut pas donner d’exemple concret des mesures qu’ont indiquées les musées”.

Tagués avec : , , ,
Publié dans politique culturelle

GenèveActive, plateforme culturelle indépendante active depuis plus de dix ans, dépend du soutien des entreprises culturelles et de ses lecteurs pour développer son activité de médiation et répondre aux attentes croissantes des acteurs culturels. Soutenir financièrement l’association de soutien, reconnue d’utilité publique.

Copyright

© 2005-2018. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.