Genève se passionne pour l’art contemporain, soudainement

Le MAMCO à artgenève 2018. Suivant la démarche initiée l’an passé, le directeur du Mamco Lionel Bovier arpentera le salon pour acquérir des oeuvres grâce au budget offert – qui serait de CHF 100’000.- – par l’Association des amis du musée. Toutes les photos : Jacques Magnol, sauf autre mention.

Du 1er au 4 février, la 7e édition d’artgenève réunit 80 galeries spécialisées dans l’art moderne et contemporain et provenant de 16 pays. Les institutions et associations régionales, historiques ou émergentes, sont également présentes avec des installations dont la qualité démontre l’importance qu’elles accordent à l’événement.

À la différence de la majorité des salons, artgenève pratique une politique souple de tarification des espaces qui permet aux modestes associations et aux jeunes galeries régionales de montrer les artistes qui émergent sur le plan local, ceci sans créer de conflit d’intérêt avec les autres marchands. Cette année, artgenève se double d’un nouvel espace réservé au design, le PAD.

En complément de l’offre des galeries, les collaborations du salon avec les musées, associations, fondations philanthropiques, sont l’occasion proposer une expérience intense aux collectionneurs. Ces derniers sont les premiers visés par une manifestation qui est d’abord un entreprise commerciale, mais aussi les amateurs, profanes ou les simples curieux et probables collectionneurs potentiels. A l’heure où seuls les prix extravagants occupent les pages des médias, il faut rappeler au collectionneur en herbe qu’il est également possible de trouver chez les marchands, des œuvres originales, dessins et autres, pour quelques centaines de francs, avec simplement un peu de flair et cette qualité propre au collectionneur : le goût pour la recherche et le plaisir de sortir des sentiers battus, de privilégier ses propres coups de coeur et non ceux des gourous, critiques et autres.
Le débat médiatique sur la fin prochaine des galeries n’est actuellement qu’un pur exercice éditorial, les conseils délivrés par les galeristes les plus professionnels restent indispensables à tout collectionneur, amateur ou averti. Qui d’autre qu’un galeriste pro est à même de défricher, découvrir, suivre, accompagner et conseiller artistes, collectionneurs ou simples amateurs ?
La seule faute de goût incombe aux organisateurs qui ont accepté quelques marchands dont les objets disparates évoquent un bazar.

Parcours en images

The Estate Show : Max Bill 1908-1994.

 

The Living Room : Alpine Dream. Commissaire : Samuel Gross. Au premier plan : Fabrice Gygi, “Pneu et chaîne II”, 2007. au 2e, Denis Savary, “Hanoï”, 2017. Une installation au kitsch assumé, digne de l’époque.

 

Giuseppe Penone, “Luce e Ombra”, 2016, bronze, granit, 1080 x 380 x 380 cm. Eric & Caroline Freymond Collection.

Hors cet impressionnant Luce e Ombra, de la collection d’Eric & Caroline Freymond, deux importantes expositions de Giuseppe Penone sont actuellement présentées par galerie Gagosian, l’une à Genève et la deuxième à Gstaad : Idee di Pietra, installation in situ dans le magnifique paysage alpin de Gstaad. Deux grandes sculptures d’arbres en bronze de la série Idee di pietra ont été installées à flanc de coteau dans un pâturage situé au-dessus du village

Prix Mobilière 2018 décerné à Julian Charrière (*1987), “Future Fossils Species (Set 9)” 2017.

 

Liz Craft, “Mushroom Bubble (Black)”. Photo et stand Galerie Truth & Consequences. Genève.

Galerie Truth & Consequences. Genève.

 

Bernard Voïta, “Jalousie I”, 2017. Métal 180 x 130 x 7 cm. Photo et stand Galerie Laurence Bernard.

Galerie Laurence Bernard. Genève

 

Darren Almond, “Fullmoon@Baltic”, 2015, c-print 121,2 cm x 121,2 cm. Photo et stand Galerie Xippas, Genève.

Galerie Xippas. Genève.

 

Nouvelle à artgenève, la Galerie Perrotin expose l’artiste genevois Gianni Motti. De g. à dr. Xavier Veilhan, “Philippe Zdar”, 2017; Gianni Motti, “HIGGS looking for the anti-Motti, CERN”, 2005; Gregor Hildebrandt, “The Field”, 2016.

 

Parmi les collectionneurs importants, Uli Sigg avec Lili Ningchun devant les photographies de Han Lei, au fond une toile de Luo Mingjun.

 

Laurence Bernard, ici avec, à sa gauche, son assistante Cécile Togni, est également extrêmement satisfaite de la participation de sa galerie à l’événement. A gauche : Angelika Markul, “Terra del Fuego”, 2017; au fond : Peter Regli “RH 363, MM/AZ Mix (#1 – #24)”, 2017.

 

Parmi les institutions et associations

Le Centre de la photographie – Genève, en collaboration avec les artistes propose des tirages non signés, à des prix de 5.- à 500 francs, dans le but de soutenir le Centre.

Centre de la photographie – Genève

 

Centre d’art contemporain. Genève

 

Espace HIT, au fond, trois oeuvres de Marie Cornil.

Voisine de l’espace du Centre d’art contemporain, la petite association à but non lucratif HIT bénéficie d’une opportunité avantageuse de se faire connaître.

 

Vernissage du troisième catalogue exhaustif de la collection du Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève (FMAC). L’imposant volume de près de 900 pages largement illustrées couvre la période 2004-2016.

 

Le Conseiller administratif en charge de la culture et du sport lors du vernissage du nouveau catalogue du FMAC.

Les artistes en attente de déclarations concernant le proche avenir du FMAC – les problèmes de financement liés à la question non résolue du budget 2018 de la Ville, le déménagement du FMAC à Carré Vert prévu en 2018 probablement repoussé à 2019 en 2019 – sont repartis bredouille. Par ailleurs, la relocalisation du FMAC entraînera une nouvelle répartition des locaux libérés dans le Bâtiment d’art contemporain. Le projet présenté par les directeurs des deux institutions principales – Lionel Bovier (Mamco) et Andrea Bellini (Centre d’art contemporain) – n’ont pas été rendus publics, pas plus que le sort que lui réserve le magistrat.

Un salon où il faut aussi nourrir et divertir plus de mille VIPs,  super VIP’s et VIPs stars!

 

A suivre : Les nouvelles venues , et d’importance, sur la place artistique genevoise

Valentina Volchkova, Pace Gallery. A g. Michal Rovner, Untitled; à dr. Joel Shapiro, “untitled”, 2008-2014.

L’ouverture prochaine à Genève de la Pace Gallery, dirigée par Valentina Volchkova signale l’intérêt que la place genevoise commence à susciter parmi les galeries internationales.

 

De g. à dr. L’artiste Luo Mingjun (*1963) et Lili Ningchun, créatrice de l’association Marchart, devant le tableau de Mingjun : “Papier de riz”, 2014, hst 240 x 190 cm.

Lili Ningchun présente une sélection de plusieurs artistes chinois, célèbres ou émergents.

artgenève
du 1er au 4 février 2018
Palexpo- Genève

Jeudi 1er février : 12h – 20h/ Vendredi 2 février : 12h – 20h /Samedi 3 février : 12h – 20h /Dimanche 4 février : 12h – 20h

artgenève sculptures

Dix sculptures sont installées sur le Quai Wilson jusqu’au 31 mars. L’installation préfigure la “Biennale artgenève de sculptures” qui se déroulera dans le parc des Eaux-Vives durant l’été 2018. Le vernissage aura lieu en juin, à une date encore non fixée.

Fabrice Gygi. “Capsule debout” 2008. Sculpture acier et deux pièces. 175 x 80 x 80 cm. Galerie Art Bärtschi. Genève.

artgenève sculptures : Quai Wilson, Genève. 30 janvier au 31 mars 2018.

Lire également :
Le format d’artgenève se révèle être la clé de son succès

Une importante galerie internationale ouvre un espace d’exposition à Genève

Tagués avec : , , , ,
Publié dans art contemporain, design, expositions, marché de l'art, musées, politique culturelle, sculpture