Sous l’autoroute, dix mille ans de vie à Onnens

onnens-archeo1

Proposition de reconstitution de l’environnement et des implantations humaines entre 1050 et 1200 av. J.-C. Illustration D. Glauser.

La construction de l’autoroute A5 a offert aux archéologues l’opportunité d’explorer un territoire mal connu. Entre Grandson et Concise, 16 sites ont été fouillés durant près de dix années de recherches financées par la Confédération. Les découvertes datées de la période située entre 1280 et 800 av. J.-C. (l’âge du Bronze final) sont publiées dans le 142e volume des Cahiers d’archéologie romande,

intitulé Les occupations de l’âge du Bronze final. Onnens-Le Motti, La Golette, Beau Site. La colline d’Onnens 2.

Entre 1280 et 1200 av. J.-C., un premier village est installé en bordure d’un ancien marais au sud de la colline d’Onnens. Un important ensemble d’objets (métal, terre cuite, pierre, céramique, etc.) a été recueilli en lien avec des traces au sol. Grâce à l’analyse de ces données, un village d’au moins six constructions sur poteaux porteurs, disposées en plusieurs rangées parallèles à l’axe du marais, a été restitué. La diversité des découvertes permet d’appréhender les activités qui se sont tenues dans ce village: travail du bronze, production de céramique, activités textiles, mouture de céréales et bien évidemment préparation et consommation d’aliments. L’étude des restes osseux conclut, par ailleurs, à un mode de subsistance basé principalement sur l’élevage du bœuf, des caprinés et du porc.

onnens-archeo2-605

Onnens. Récipient miniature en céramique, hauteur env. 5 cm. Photo Archeodunum SA, J.-M. Almonte.

 

Entre 1050 et 800 av. J.-C., après un siècle et demi où le secteur de la colline d’Onnens semble être déserté, de nouvelles occupations sont attestées au nord du premier village. Des accumulations de tessons de céramique et d’objets divers (dépotoirs) ont été observées sur le flanc de la colline. Elles évoquent l’existence d’au moins deux habitats de faible envergure (fermes isolées, voire hameaux) et partiellement contemporaines. Quatre grands foyers rectangulaires d’orientation parallèle ont été mis au jour à l’emplacement du premier village. Ils indiquent un changement de vocation de ce secteur qui semble, dans un second temps, avoir abrité uniquement des activités culinaires, peut-être de type communautaire.

Les témoins matériels de ce site sont publiés dans le 142e volume des Cahiers d’archéologie romande, oeuvre de M. Poncet Schmid, A. Schopfer, C. Nitu, A.-M. Rychner- Faraggi, P. Nuoffer et C. Blomjous qui ont travaillé de nombreuses années en tant qu’archéologues et géomorphologue sur divers sites vaudois. La série La colline d’Onnens se poursuivra avec un troisième volume consacré aux occupations de l’âge du Fer, en cours de rédaction.
Le CAR 142 est en vente en ligne sur le site www.mcah.ch, à la boutique du Palais de Rumine à Lausanne et au Musée d’Yverdon et région. Jusqu’au 28 février 2014, il est disponible au tarif de 55.– (prix public 65.–)

Plus d’informations : Patrimoine vaudois, Musée cantonal d’archéologie et d’histoire.

 

Tagués avec : , ,
Publié dans archéologie
Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.