Pour ou contre le certificat vaccinal, le choix aura des conséquences

” Quiconque, à peine serons revenus à la “normale”, voudra se sentir en sécurité dans les établissements qu’il fréquentera. Les grands événements comme les concerts et les matchs dans les stades avec des supporters ne pourront redémarrer sans de tels certificats.” L’ancien premier ministre britannique Tony Blair a plaidé vigoureusement pour l’établissement d’un certificat vaccinal.
“Chacun est libre de faire ses propres choix, a poursuivi Tony Blair, mais il me semble que ces choix auront des conséquences. Je crois que beaucoup de clients seront d’accord. Par exemple, dans le secteur des croisières, le 98% des vacanciers a mis comme condition à l’achat d’un voyage l’exigence d’un certificat de vaccination. Un tel document pourra probablement aussi être demandé à l’entrée des bars et des restaurants.”

En janvier dernier, la mise au point d’un certificat international de vaccination a fait l’objet de conférences au World Economic Forum.

Les dirigeants de l’UE sont convenus en décembre 2020 que le bloc devrait se coordonner sur les certificats de vaccination, les experts de la santé se réunissant déjà pour discuter des spécifications techniques, telles que la façon de les mettre sous forme numérique. Cependant, les gouvernements de l’UE doivent encore donner une orientation politique claire. Si la France, par exemple, ne souhaite pas que les déplacements à l’intérieur du bloc dépendent d’un certificat de vaccination, le premier ministre grec Kyriákos Mitsotákis affirme que «pour des pays comme la Grèce, qui dépendent du tourisme, il est impératif que la question du vaccin soit résolue avant la saison estivale» .

 

Un sondage exécuté par Ipsos du 25 au 28 février 2021 montre l’évolution de la confiance accordée au vaccin. Mais depuis, la polémique sur celui d’AstraZeneca a provoqué un fort recul dans l’opinion.

Des mesures liberticides ?

Au-delà du vaccin, la question du suivi des mesures de protection a fait l’objet de polémiques d’autant plus fortes que le confinement se prolongeait. En Suisse, les participants aux manifestations anti-masques, mais aussi lors de nombreuses réunions ou conférences de type culturel, ont mis en avant leur refus de mesures “liberticides” (le port du masque a été rendu obligatoire dans les transports publics le 6 juillet 2020, soit 6 mois plus tard que dans les pays où les manifestations culturelles n’ont pas ou ont été très brièvement interrompues). Dans d’autres pays tels Taiwan, la Corée du Sud ou la Nouvelle-Zélande, l’adoption de mesures de protection fut dès le début de l’année 2020 considérée comme le facteur de liberté permettant de poursuivre une vie “normale”. Ces mesures ont permis aux théâtres, cinémas, festivals, restaurants ainsi que les autres branches de l’économie de continuer à fonctionner.

La Suisse sera associée au futur passeport vaccinal de l’Union européenne

S’il est approuvé comme prévu, le certificat vert numérique de l’UE sera valable dans tous les États membres de l’UE ainsi qu’en Islande, au Liechtenstein, en Norvège et en Suisse. Il utilisera un code QR avec une signature numérique pour se protéger contre la falsification. Il sera émis par les hôpitaux, les centres de test ou les autorités sanitaires, mais les données devraient être vérifiables dans toute l’UE via une passerelle numérique.

Jacques Magnol

Voir aussi :
Paléo, les festivaliers sont impatients mais souvent réticents aux mesures de sécurité. GenèveActive. 14 mars 2021.
Coronavirus: la Commission propose un certificat vert numérique. Site de la Commission Européenne. 17 mars 2021.
Questions-réponses – Certificat vert numérique. Site de la Commission Européenne. 17 mars 2021.

Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans arts, expositions, musées-centres, scènes, tourisme