“Mobilité”. Genève détient le record suisse de décès dans les accidents de la circulation.

Survivre à  Genève à  vélo est un thème qui n’est pas abordé dans la campagne actuelle, la ville est pourtant la plus dangereuse des villes suisses. Les cyclistes paient de leur vie des modes de conduite criminels semble-t-il tolérés. PRO VELO Genève annonce sa soirée thématique : « survivre dans le trafic lorsqu’on roule à  vélo » qui se déroulera jeudi 7 avril à  19h30 dans l’arcade de l’association (bd Carl-Vogt 7).
Entre les automobiles toujours plus nombreuses et les scooters-fusées qui sont rois sur  les aménagements dédiés aux vélos, le quotidien du cycliste genevois devient de plus en plus difficile.

Si l’on considère le nombre de voitures immatriculées pour 1’000 habitants, il apparaît que les villes suisses se situent dans la moyenne des sites comparés (416 véhicules/1’000 habitants). Genève affiche la valeur la plus élevée, Zurich la plus basse. Avec plus de 550 véhicules pour 1’000 habitants, les villes italiennes et Luxembourg présentent les valeurs les plus élevées, Copenhague et Tallinn au contraire les plus faibles (un petit peu plus que 200 véhicules/1’000 habitants).
L’image est relativement similaire si l’on considère le nombre d’accidents mortels par habitant. Les villes suisses enregistrent un nombre d’accidents avec décès comparable à  la majorité des sites représentés. Genève affiche la valeur la plus élevée des quatre villes (5,4 accidents avec décès pour 100’000 hab.), Berne la plus faible (2,4). Les villes italiennes (valeur supérieure à  7) et Luxembourg (9) se distinguent à  nouveau par les valeurs les plus fortes. Dans ces cas, il semble ainsi y avoir une relation entre le nombre de véhicules immatriculés et le nombre d’accidents mortels sur la route. Athènes suit avec près de 7 décès pour 100’000 habitants. A l’opposé, les villes du Nord comme Oslo, Stockholm et Helsinki, puis les villes allemandes comme Nuremberg, Leipzig et Munich, montrent les valeurs les plus faibles (inférieures à  3).  L’efficacité de la police ainsi que le “système de relevé” des accidents ont également une influence sur les statistiques établies. (Source OFS)

Actualité vélo:

A la rue des Fontaines Saintes, la Ville de Genève a aménagé un cheminement pour les piétons et les cyclistes permettant de relier confortablement l’avenue Pestalozzi à  la route de Meyrin, à  travers le quartier de la Forêt.

Situé dans la couronne extérieure de la Ville, le quartier de la Forêt n’est pas innervé par un réseau dense de rues, mais ceinturé de voies importantes. Depuis l’arrivée du tram à  la route de Meyrin, en décembre 2007, le besoin d’une traversée directe pour les piétons s’était fait pressant. La rue des Fontaines Saintes était jusqu’alors sans issue, à  partir de la route de Meyrin. Le nouveau tronçon aménagé traverse un ancien enchevêtrement de broussailles qui était impraticable.

Le cheminement est recouvert de bitume pour permettre la circulation cycliste, mais contourne les racines des arbres. Une rangée de pavés marque les limites latérales du chemin, il a été inauguré le 6 avril 2011.

 

Tagués avec : , , ,
Publié dans société
Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.