Les petits maîtres suisses en grand

Johann Heinrich Bleuler Jr. (1787–1857), Jungfrau, 1837, vue de Isenfluh, gouache. © Helvetica archives.

La Bibliothèque nationale suisse propose avec le site kleinmeister.ch – Souvenirs suisses un voyage à travers ses fonds d’œuvres de petits maîtres suisses. Des expositions virtuelles et la possibilité de zoomer dans les images permettent de s’immerger pleinement dans l’univers de ses collections exceptionnelles. Pour débuter, on retrouvera une vitrine consacrée à Unspunnen et aux sports et coutumes suisses.

Avec l’essor du tourisme aux XVIIIe et XIXe siècles, les « petits maîtres suisses » réalisèrent au crayon, à l’aquarelle, voire à l’huile, des vues de paysages ou de scènes populaires. Ces œuvres originales ou des reproductions sous forme d’estampes étaient alors proposées aux voyageurs, à l’unité ou reliées en albums. Jusqu’à l’ère de la photographie, cette production connut un réel succès parmi les touristes qui découvraient la Suisse. Des milliers d’estampes, des centaines d’aquarelles et de gouaches, des centaines d’albums, séries ou livres illustrés de gravures, les collections de la Bibliothèque nationale suisse sont extrêmement riches et attestent de l’importante production des « petits maîtres suisses ».

Outre la vitrine sur le thème d’Unspunnen, on en retrouvera d’autres sur les thèmes des glaciers et hauts sommets, des premiers temps du tourisme en Suisse ou encore des procédés et techniques de gravure. En octobre prochain suivra la thématique de la vigne et du vin.

Numérisation en haute résolution et visionneuse adaptée permettent de zoomer dans l’image comme le permettrait une loupe. De nombreux détails se livrent alors et offrent un témoignage artistique, géographique, culturel ou encore historique sur cette Suisse d’alors. Des extraits de récits de voyageurs ou des guides de voyage de l’époque viennent contextualiser ces images.
Le site kleinmeister.ch est entièrement basé sur des composants Open Source. Toutes les images sont libres de droit et peuvent être téléchargées sur la plateforme Wikimedia Commons. Elle répond ainsi aux recommandations du mouvement Open-Glam (engl. «Galleries, Libraries, Archives, and Museums»), qui se propose de mettre à la disposition du grand public le plus grand nombre de fonds possible.

Tagués avec :
Publié dans arts, histoire, musées-centres
Copyright

© 2005-2019. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.