Le plus ancien espace du Quartier des Bains assume son non-conformisme

farine4

Joseph Farine tient bon la barre d’Andata.Ritorno depuis 32 ans. © Jacques Magnol.

Depuis 32 ans, les artistes genevois en devenir passent d’abord par la case Andata.Ritorno, le plus ancien espace d’exposition du quartier des Bains créé par Joseph Farine, et désormais en danger. Paradoxalement, la médiatisation du marché de l’art ne profite pas à ce laboratoire d’art contemporain qui a organisé les premières expositions de noms aujourd’hui connus, tels Gianni Motti, Hervé Graumann ou Carmen Perrin.

Lors de cet entretien, Joseph Farine analyse le changement d’un monde de l’art qui s’est installé dans le conformisme et l’évolution des institutions pédagogiques qui forment désormais les artistes à la merchandisation. L’avantage de cet enseignement est de permettre aux artistes qui se moulent dans le système de vivre de leur travail, ce qui n’était pas le cas il y a vingt ans. La situation est différente pour le laboratoire qui résiste aux modes.

Entretien avec Joseph Farine. 18 mars 2014.

 

Le quotidien Le Monde indiquait, le 2 mars 2014 (Art contemporain : le jackpot), que « le marché de l’art compte beaucoup d’appelés mais peu d’élus (..) de 2004 à 2013, le même groupe d’artistes se partage la crête du marché : Jean-Michel Basquiat, Damien Hirst, Jeff Koons. Derrière ces têtes de gondole, le reste des cotes est plus mouvant. Le galeriste Don Thompson le dit bien : à la revente, 80 % des oeuvres achetées ne vaudront pas le prix payé.»
Il est donc raisonnable de laisser libre cours à ses émotions, suivant ainsi Harald Szeemann qui, en 1989*, prenant acte de l’échec des concepts conseillait de ne tenir compte que de ses propres vibrations face aux oeuvres d’art. Le créateur du modèle mythique de l’exposition d’art contemporain –  ancien directeur de la Kunsthalle de Berne (1969), et de la documenta (1972) – était lui-même guidé par « sa sensibilité à l’égard des intentions intenses qui animent les œuvres ». Soit le chemin que propose andata.ritorno.

L’exposition actuelle, The Good and the Evil – Cinema Series, est pour Joseph Farine l’occasion de célébrer la peinture qui « gardera toujours l’unique spécificité de son aura sublime ». Les peintures d’Emanuela Lucaci retracent un voyage dans les oeuvres cinématographiques des réalisateurs pionniers de la pellicule avec la participation d’un jeune réalisateur suisse dont les films ont inspiré les vingt peintures exposées. 20 mars au 18 avril.

Dans un hymne à la peinture, Joseph Farine développe son choix d’Emanuela Lucaci :

 

stalker2-605

Stalker no 2, 2014. “The beast is awakened”. Emanuela Lucaci. Inspiré du film Stalker d’Andreï Tarkovski.

 

andata-lc-605

Guillaume Bijl. ” Salon-lavoir” installation – 1985.

 

lhuillier

Joseph Farine et André L’Huillier – Fête-anniversaire des 5 ans de la galerie en 1986. (André L’Huillier, 1937-1998, mécène-collectionneur et co-fondateur du Mamco, est immortalisé fumant le cigare sur un banc du Rond-Point de Plainpalais, à Genève, en compagnie de Monique Barbier-Muller et Michel Butor.)

 

andata.ritorno, laboratoire d’art contemporain
37 rue du Stand 37
Genève.

 

* Note. J.M. Dans une première version j’avais indiqué 1990, or le texte de Szeemann est paru en 1989 dans une livraison des Cahiers du MNAM.

Tagués avec : , , , ,
Publié dans arts, expositions
4 commentaires pour “Le plus ancien espace du Quartier des Bains assume son non-conformisme
  1. Zbinden-Ménestrier dit :

    Merci cher Joseph!

    pour la lucidité de tes propos et ta liberté de pensée!! J’ai vraiment beaucoup apprécié cet interview
    Il y a un journal français que j’apprécie,Il s’appelle “Artension”.Il s’ouvre à la diversité de la création contemporaine, vivante.
    Tes propos pourraient très bien aller dans ce sens -là…,
    Bien à toi!

    Dominique Zbinden-Ménestrier

  2. Zbinden-Ménestrier Dominique dit :

    cher Joseph,
    J’ai beaucoup apprécié cet interview et ta liberté de pensée.

  3. Gonin Albert dit :

    Cher Joseph, Je suis à nouveau très impressionné par ton professionnalisme concernant l’art, ton savoir, tes connaissances culturelles et ta diction dans un parfait français. C’est un plaisir de t’écouter. Très amicalement Albert

  4. June Papineau dit :

    Joseph Farine is an unsung heroe of contemporary art. Articulate, passionate, intensely interested in both art and poetry, both an artist and a writer himself, he is a galerist apart. His gallery has long been an integral part of contemporary culture in Geneva. The number of interesting artists active and visible today that first started with Joseph Farine are legion.
    And it is a little known fact, but yes indeed, Andata Ritorno was the first gallery to open in the Quartier des Bains, long before this part of town became the posh network of galleries that it is today. So like Joseph Farine to blaze the way…

Copyright

© 2005-2018. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Association Observatoire culturel. Les opinions exprimées dans les articles n’engagent que leurs auteurs.