Guilherme Botelho – Cie Alias

Réponses de Guilherme Botelho. Cie Alias. Convention de soutien conjoint avec Pro Helvetia

A1. Quelles sont vos attentes concernant une rencontre entre les acteurs et actrices des arts de la scène et Sami Kanaan, magistrat en charge de la culture en Ville de Genève ?

Une discussion claire et sans langue de bois, suivie d’un courage politique pour concrétiser les idées.

A.2. Quelles sont vos 2 revendications prioritaires à faire valoir auprès de Sami Kanaan, magistrat en charge de la culture en Ville de Genève ?

– Que soit mis en place des guides lines pour les décisions et projections futures, pour que toutes les formes artistiques; art lyrique, danse, musique, théâtre, performance, etc. aient une certaine équivalence des moyens : financier, institutionnel, de développement et d’engagement politiques. Que l’argent public, les institutions, et les services publics de la culture soient engagés avec une certaine égalité et balance entre les diverses formes artistiques.
– Que les théâtres  aient dans leur cahier de charge un pourcentage, si petit soit-il,  de programmation de danse.
– Que les charges administratives envers les compagnies, comme Alias, association sans but lucratif, soient allégées.

A.3. Avez-vous des questions que vous aimeriez poser au magistrat afin de mieux comprendre le fonctionnement de son département concernant les arts de la scène ?

A.4. Pouvez-vous lister 10 critères qui permettent le mieux de situer et valoriser votre travail (ex : nombre de créations à votre actif, d’années de travail, de dates ou de lieux de tournée, enjeux pédagogiques, de nombre d’employés de votre cie, etc.) ?

Alias fête en 2014 ses 20 ans. Une vingtaine de créations, des tournées dans le monde entier.

A.5. Lorsque vous projetez de créer un nouveau projet, savez-vous déjà où vous pourrez le présenter à Genève? A l’étranger ? Avez-vous un rapport privilégié avec une structure genevoise ? Avez-vous un interlocuteur identifié pour le type de travail que vous réalisez ?

Alias est en résidence au théâtre Forum Meyrin, et est partenaire du théâtre du Crochetan à Monthey. Nous présentons tous nos spectacles dans ces théâtres, avec qui nous avons un rapport privilégié.

A.6. Quelle diffusion souhaitez-vous pour votre travail (périmètre géographique, type de lieu, type d’accueil, etc.) ?

A.7. Quelle est selon vous le meilleur moyen d’atteindre votre objectif de diffusion ? Quel est selon vous le meilleur soutien pour vous aider à atteindre votre objectif de diffusion ?

A.8. Revendiquez-vous une esthétique définie ? Quels critères ou quels termes utilisez-vous pour définir l’esthétique de votre travail ?

Je ne revendique aucune esthétique.

A.9. Quels engagements souhaitez-vous que les structures prennent pour soutenir et développer au mieux les arts de la scène ? (Développer un public ? assurer la diffusion du projet ? formation continue ? insertion professionnelle ? production des projets ? coproduction ? production déléguée ? autre ?)

Développer les productions, coproductions, et soutenir la diffusion des projets. Clarifier ce qu’est une coproduction, différente d’un cachet. Soutenir les compagnies, qui sont les producteurs. Et s’engager fortement dans la diffusion envers ses partenaires.

A. 10. Souhaitez-vous qu’il existe une ou plusieurs sources de financement publiques pour vos créations (situation actuelle ou une nouvelle répartition) ?

Guilherme Botelho. Cie Alias.

Tagués avec : , , ,
Publié dans Arts de la scène, Réponses des artistes et des compagnies
Actu
Pour sa quatorzième édition PREMIO – le prix d’encouragement pour les arts de la scène - recherche de nouveau de jeunes artistes professionnels qui ont un projet de création en Suisse. Suite

« Il a fait des propositions »

Bertolt Brecht qui avait contribué à définir la politique culturelle de son pays souhaitait que son épitaphe soit ainsi rédigée « Il a fait des propositions».

 

« Il faut partir des expériences du terrain et prendre la culture participative comme levier d’une politique culturelle repensée. » Fleur Pellerin, ministre de la Culture, 20 octobre 2014 à France culture.

 

"Et tant pis pour les gens fatigués." Jacques Rancière.