FARS – Fédération des arts de la rue en Suisse

Réponses de la FARS, Fédération des arts de la rue en Suisse. Neuchâtel.

L.1. Quelles sont vos attentes concernant une rencontre entre les acteurs et actrices des arts de la scène et Sami Kanaan, magistrat en charge de la culture en Ville de Genève ?

On espère avoir la chance d’être entendus, rencontrer, découvert et si possible pouvoir développer une vraie collaboration à l’avenir, en ce qui concerne les arts en espaces urbains.

L.2. Quelle est ou quelles sont la ou les missions prioritaires de votre lieu ?

Nous ne sommes pas un lieu nous sommes une fédération. Notre mission est de soutenir, développer, faire découvrir les arts de la rue, ou arts en espaces urbains.

L.3. Qu’est-ce qui pourrait être selon vous fixé dans le cahier des charges de votre lieu (mission du lieu)?

Soutenir les arts de la rue, les artistes de rue et les lieux de créations ou festivals travaillant dans notre domaine.

L.4. Qu’est-ce qui relève du projet artistique de la direction (choix artistiques) ?

Nous n’avons pas de choix artistique, ce n’est pas notre mission.

L.5. Quel est le mode de gouvernance de votre structure (comment les décisions sont-elles prises : collectif, direction)? Quelle est la durée du mandat de direction de votre structure?

Les choix généraux, les grandes décisions, et la communication sont fait en comité. Des sous-commissions aux pouvoirs élargis peuvent travailler et faire avancer des projets de manière très libre. Mais toutes décisions est prises à plusieurs tout le temps !
Il n’y a pas de limite de mandat, mais le comité, ainsi que le président sont nommés chaques années.

L.6. Combien de spectacles accueillez-vous en moyenne par saison ? Ce choix relève-t-il d’une décision interne ou est-il régi par une convention avec un partenaire extérieur ?

La fédération organise chaque année un événement autour des arts de la rue. « Rue Libre » a lieu chaque année au mois d’octobre durant une journée, chaque fois dans une ville différentes.

L.7. Un rapport proportionnel entre accueils et de créations a-t-il été défini (décidé par vous ou par une convention avec un partenaire extérieur)?

cette question ne nous concerne pas.

L.8. Un rapport proportionnel de travail avec des cies locales et des cies d’autres cantons ou étrangères (décidées par vous ou par une convention avec un partenaire extérieur)?

Nous travaillons avec tout les artistes suisses en Suisse. Ceci dit, nous sommes membre fondateur (avec la France et l’Allemagne) de la Fédération international d’art en espace public. Voilà quelques temps déjà que nous travaillons étroitement avec les fédérations étrangères sur divers projets.

L.9. Comment définissez-vous une compagnie locale, étrangère ?

Une compagnie suisse est une compagnie dont la structure administrative est basée en suisse.

L.10. Avez-vous des proportions de spectacles selon les disciplines artistiques ? Si ce n’est pas déjà le cas, prévoyez-vous d’accueillir de la danse et des projets ?

pluridisciplinaires ? Nous sommes pluridisciplinaires. Par principes les arts de la rue regroupent toutes les formes d’arts vivants jouant en espace urbain ou des lieux non-dédiés. Nous regroupons une communauté de besoins, pas une forme d’art.

L.11. Quels montants attribuez-vous aux cies présentées ? Avez-vous des règles définies ou décidez-vous en fonction de chaque projet?

Nous ne faisons que des actions militantes, donc non-payé.

L.12. Comptez-vous les montants accordés aux cies par les collectivités publiques dans le budget global de votre structure ?

non

L.13. Avez-vous une GRILLE salariale – concernant votre équipe – concernant les cies que vous présentez ?

non

L.15. Quelles propositions de mesures avez-vous mis en place concernant la CULTURE que vous désirez partager (ex. théâtre à midi, théâtre hors les murs, etc.) ?

Nous avons, dans ce domaine, l’orgueil de vouloir nous adresser à tout le monde, c’est la base de notre art !

L.16. Qu’est-ce qui peut être amélioré pour développer la diffusion et quels critères établir ?

Nous devons aider les lieux de diffusions (festivals dans notre domaine) à trouver plus de moyens pour accueillir plus de compagnies suisses, et/ou de créations.

L.17. Quel type de relation souhaiteriez-vous avoir avec la Ville de Genève ? Sous quelle forme souhaitez-vous que le dialogue ait lieu ?

Nous souhaiterions pouvoir développer une collaboration à long terme et à plusieurs niveaux. Financièrement bien sûr, mais aussi sous la forme de conseil, et nous avons besoin de votre aide pour aller faire de lobbying au niveau de la confédération.
Nous espérons pouvoir vous rendre attentifs à nos besoins spécifiques et vous aider à soutenir un maximum les festivals ou artistes (Zanco par exemple) qui travaillent dans notre domaine particulier.

FARS . 2 septembre 2014.

Tagués avec : , ,
Publié dans Arts de la scène, Réponses des artistes et des compagnies
Actu
Pour sa quatorzième édition PREMIO – le prix d’encouragement pour les arts de la scène - recherche de nouveau de jeunes artistes professionnels qui ont un projet de création en Suisse. Suite

« Il a fait des propositions »

Bertolt Brecht qui avait contribué à définir la politique culturelle de son pays souhaitait que son épitaphe soit ainsi rédigée « Il a fait des propositions».

 

« Il faut partir des expériences du terrain et prendre la culture participative comme levier d’une politique culturelle repensée. » Fleur Pellerin, ministre de la Culture, 20 octobre 2014 à France culture.

 

"Et tant pis pour les gens fatigués." Jacques Rancière.