Théâtres et population

Sami Kanaan. Conseiller administratif. Département de la culture et du sport de la Ville de Genève. Photo Carole Parodi.

La 6ème Rencontre théâtrale est consacrée à la démocratisation de la culture – un mouvement questionné ces dernières années, que ce soit pour en annoncer l’échec ou pour en remettre en cause le principe même.

On sait, depuis les études de Pierre Bourdieu, que le milieu familial et la provenance socio-culturelle jouent un rôle essentiel dans l’orientation des pratiques culturelles de chacun. Ainsi si nous considérons que la culture participe du bien commun, la question des obstacles sociaux, économiques, mais également culturels et symboliques dans l’accès à l’art doit continuer de retenir notre attention.

De fait, la démocratisation culturelle, tout comme l’égalité des chances à l’école, est loin d’être acquise. La majorité du public est toujours composée des couches économiquement favorisées de la population. Études statistiques et observatoires des publics nous donnent régulièrement des informations à partir desquelles il s’agit de renforcer et préciser notre politique de soutien et nos mesures d’accès (voir encadré sur les mesures prises à l’heure actuelles).

Les politiques volontaristes de démocratisation ont renforcé l’accessibilité y compris dans des milieux défavorisés. L’art est enseigné dans les écoles, le public scolaire fréquente les théâtres, davantage d’enfants pratiquent la musique et le théâtre.

La diversité des formes soutenues contribue également à l’élargissement des publics. Les compagnies et les théâtres ont aussi leur rôle à jouer. Un rôle qu’ils tiennent particulièrement à Genève, en expérimentant par exemple des formes diverses de représentations : spectacles hors des murs institutionnels, projets participatifs, mise des préoccupations de la population au cœur des créations, etc.

Tandis que Le Temps témoignait récemment de « Premières » clairsemées, les statistiques fédérales nous indiquent que le public genevois est le plus assidu de la Suisse. Mais gageons que Genève peut prétendre également à un autre titre : celui d’offrir sans doute l’un des paysages culturels les plus variés du pays et d’Europe, ouvert non seulement au prestige mais à maintes tentatives innovantes et expérimentales au destin fragile – qui sont aussi la fierté de notre territoire.

En tant que Conseiller administratif de la Ville de Genève chargé de la culture, je tiens à réaffirmer l’attention portée par le Département à la question du public. Les institutions ont une responsabilité et, sans faire de l’audimat le baromètre de leur action, doivent consacrer des moyens et développer des projets allant à la rencontre de la population en général, des jeunes, des milieux défavorisés ou des migrants en particulier.

Je reste convaincu que l’art et l’action culturelle sont au centre de la vie collective et de la construction d’un bien commun : celui d’une société de l’échange et de la tolérance et non pas du conflit et de l’exclusion.

La Haute école de travail social accueille notre prochaine Rencontre théâtrale le 31 janvier à 19h. Je tiens à les remercier pour ce partenariat, signe que la politique culturelle concerne l’ensemble de notre société.

Sami Kanaan

Voir le programme de la sixième Rencontre et les nombreux commentaires :
Pour des théâtres ouverts ! Démocratisation et médiation de la culture

 

Les mesures d’accès des publics à la culture de la Ville de Genève

 

  • Subventions pour les billets jeunes
  • Subventions pour les tarifs 20 ans 20 francs

Les deux mesures ci-dessus sont soutenues financièrement par le Canton de Genève et le Fonds intercommunal.

  • Subvention pour le chéquier culture en partenariat avec 26 autres communes genevoises
  • Subvention pour des invitations proposées à des personnes en difficulté
  • Subvention pour des billets à 10 CHF pour les séniors membres de groupements ou bénéficiaires des prestations du Service social de la Ville
  • Organisation de spectacles en matinées pour les séniors avec des billets à 10 CHF
  • Coordination de visites coulisses pour les séniors
  • Actions de médiations spécifiques de spectacles pour des personnes avec un handicap mental
  • Surtitrage de spectacles en français pour des personnes malentendantes ou en anglais pour des publics anglophones
  • Audiodescription de spectacles pour des personnes aveugles ou malvoyantes
  • Traduction de spectacles en langue des signes pour des personnes sourdes
  • Soutien aux actions culturelles hors murs
  • Soutien aux projets de médiation
Tagués avec : , ,
Publié dans politique culturelle, Rencontres théâtrales, scènes
Un commentaire pour “Théâtres et population
  1. Guadalupe X. Ryan dit :

    Son œuvre sociologique est dominée par une analyse des mécanismes de reproduction des hiérarchies sociales. Bourdieu insiste sur l’importance des facteurs culturels et symboliques dans cette reproduction et critique le primat donné aux facteurs économiques dans les conceptions marxistes . Il entend souligner que la capacité des agents en position de domination à imposer leurs productions culturelles et symboliques joue un rôle essentiel dans la reproduction des rapports sociaux de domination. Ce que Pierre Bourdieu nomme la violence symbolique , qu’il définit comme la capacité à faire méconnaître l’arbitraire de ces productions symboliques, et donc à les faire admettre comme légitimes , est d’une importance majeure dans son analyse sociologique.

copyright
© 1984-2017. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Les opinions exprimées dans les pages de GenèveActive sont publiées sous la responsabilité de leurs auteur-e-s.
contact

Pour Contacter GenèveActive, envoyer vos informations, effectuer une demande de stage, proposer une collaboration ou soutenir GenèveActive, nous vous remercions d’utiliser le formulaire de contact