Rémy Pagani dévoile un véritable projet d’espace public pour le quartier de la Gare des Eaux-Vives

Images de synthèse.@ Archigraphie / Philippe Cointault.

Images de synthèse.@ Archigraphie / Philippe Cointault. Agrandir

Le nouveau quartier de la Gare des Eaux-Vives accueillera la deuxième gare importante de Genève, ainsi que près de trois cents logements et le complexe de la Nouvelle Comédie, centre du XXIe siècle qui déplacera le centre de gravité culturel de Genève. Si les prévisions sont respectées, les deux structures seront mises à  disposition en 2016. L’aménagement complet du quartier dont la Ville est le maître d’oeuvre s’étalera sur vingt ans. Ville, canton et CFF étant les seuls propriétaires des terrains, l’affaire est rondement menée. Le quartier deviendra, avec la gare CEVA (Cornavin – Eaux-Vives  Annemasse), un nouveau pôle urbain.

Un aménagement public de qualité demande du temps

La bonne nouvelle intervient après le succès du projet d’agrandissement du Musée d’ethnographie et du concours pour la construction d’une Nouvelle Comédie. L’engagement de Rémy Pagani, conseiller administratif en charge des constructions et de l’aménagement en Ville de Genève, pour développer des projets d’urbanisme qui visent à  améliorer la qualité de la vie en ville, trouve avec ce chantier une terrain à  la mesure de ses exigences. Mais cela demande du temps pour la concertation, précise Isabelle Charollais, architecte, codirectrice du Département des constructions et de l’aménagement, qui se félicite de l’entière participation du Canton et des CFF au bon déroulement du projet.
Pour Christophe Girot, président du jury et architecte enseignant à  l’EPFZ, le choix du jury s’est porté sur le projet «Coulisses» du bureau MSV architectes urbanistes pour sa compréhension du lieu, de son rapport au tissu existant et de sa topographie.
«Le projet organise et structure le site en trois bandes selon le principe longitudinal de la gare en faisant écho de chaque côté à  l’esplanade centrale. Un espace transversal bien identifié articule le cà“ur du dispositif autour de l’émergence centrale de la gare. Le parti urbanistique choisi est simple, logique et met en valeur trois types d’espaces aux caractéristiques d’usage et d’aménagement contrastés.

L’avenue de la Gare des Eaux-Vives garde sa mémoire de fonction urbaine, elle accueille tous les stationnements extérieurs du site.  La rue Viollier, dégagée de tout stationnement, devient un lieu de promenade. Le rez cote Viollier est consacre a des installations sportives et/ou associatives, le niveau esplanade est consacre a des équipements publics, des logements s’installent aux niveaux supérieurs. Cette proposition intéressante offre une belle qualité d’articulation fonctionnelle.

Le « parc rudéral » reconnaît l’histoire du site, il se relie spatialement et met en valeur les espaces verts existants. L’esplanade centrale est meublée de bacs plantés, denses à  l’est et plus espacés devant la Nouvelle Comédie, ce qui offre un espace ouvert. Le jury apprécie la clarte du projet, sa bonne gestion des différentes échelles et son potentiel de développement.» (Extrait des commentaires du jury).

 Vue aérienne : Alain Grandchamp /Documentation photographique / Ville de Genève.

Vue aérienne : Alain Grandchamp /Documentation photographique / Ville de Genève. Agrandir.

Les trois maitres de l’ouvrage des projets de reconstruction du site de la Gare des Eaux-Vives se sont associés en vue d’établir un processus de développement concerte et un projet de qualiteÌ pour ce site. Ils ont décide « d’inverser les séquences d’élaboration des projets et de privilégier dans un premier temps un véritable projet d’espace public, autour duquel viendront, par la suite, prendre place les constructions. C’est ainsi un processus peu habituel qui est mis en place, qui contraindra le bâti a s’adapter aux lignes directrices et concepts nécessaires a la réalisation de l’espace public et non pas un espace public qui prendra place, tant bien que mal, dans les interstices laissés par le bati.
Construire d’abord le vide et l’espace public, puis les bâtiments : tel est le défi qu’il a été décidé de relever ».

Le plan directeur de quartier Gare des Eaux-Vives a été adopté par le Conseil municipal le 12 mai 2009 et approuvé par le Conseil d’Etat le 22 juillet 2009. Le PDQ prévoit notamment entre 250 et 300 logements et 10’000 m2 d’activités, 2’500 m2 de galerie commerciale sur la gare, le théâtre de la Nouvelle Comédie ainsi que d’autres équipements publics de quartier.

Les projets sont exposés du 11 au 28 janvier 2011 (ma-me-ve-sa de 11h à  18h et je de 11h à  20h) au Forum Faubourg. Rue des Terreaux-du-Temple 6. 1201 Genève.

En savoir plus:
– Plan directeur de quartier : site de l’Etat de Genève.
GenèveActive.ch: Entre 2016 et 2040 Genève aura peut-être une Nouvelle Comédie. 2 novembre 2009.
GenèveActive.ch: Le sort du théâtre de la Nouvelle Comédie est lié à  celui du CEVA. 30 juillet 2009.

Jacques Magnol

Tagués avec : , ,
Publié dans architecture et urbanisme, scènes
copyright
© 1984-2017. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Les opinions exprimées dans les pages de GenèveActive sont publiées sous la responsabilité de leurs auteur-e-s.
contact

Pour Contacter GenèveActive, envoyer vos informations, effectuer une demande de stage, proposer une collaboration ou soutenir GenèveActive, nous vous remercions d’utiliser le formulaire de contact