Paroles d’indignés madrilènes. Vers un renouveau démocratique et participatif

madridburning2-605

 

Un mouvement inédit et de nouvelles pratiques politiques

Des manifestations avaient déjà été mises sur pied à l’appel des syndicats, sans que la mobilisation sociale ne soit à la hauteur de la précarité dont sont victimes un nombre toujours croissant d’Espagnols, notamment les jeunes générations. Les participants au campement de Puerta del Sol se présentent comme des «personnes qui sont venues de manière libre et volontaire, pour revendiquer la dignité et la conscience politique et sociale. Nous ne représentons aucun parti ni aucune association. Ce qui nous unit, c’est une volonté de changement».

Dans le film, un jeune homme lit maladroitement le résultat de réflexions menées en Assemblée : «La non-existence nous donne la force d’en tracer les contours, tous ensemble. Nous devons sensibiliser tout le monde ou personne… Découvrir que nous sommes insignifiants mais néanmoins importants.» Avant de conclure : «Nous discutons afin de devenir les auteurs de notre vie et rejoindre le collectif. L’acte de penser créée la réalité.»

Le cinéaste a parfaitement saisi le caractère de profonde rupture avec les paradigmes politiques encore en vigueur des interventions et actions de Mai 2011. «Ce sont des paroles qui cherchent, tâtonnent, bégaient et partant, créent le dissensus, font bégayer la langue officielle et les catégories admises. On a beaucoup critiqué les protagonistes du 15M, en disant qu’ils ne faisaient que discuter, ne prenaient pas de décision, le pouvoir, etc. C’est faire preuve d’une profonde méconnaissance de ce qui était en jeu, et d’une certaine malhonnêteté intellectuelle. D’une part, le surgissement de ces paroles participait d’un processus absolument hétérogène au jeu politique traditionnel droite/gauche, aux pratiques politiques en vigueur dans les partis, syndicats, collectifs militants, collectifs informels. Il n’y avait pas de logique de résultat dans le sens de s’organiser afin de prendre le pouvoir.» Sylvain George relève aussi que «lorsqu’une critique radicale est adressée, du cœur de l’Europe, aux démocraties occidentales « adultes », cela dérange profondément. Et ce que les gens se situent à la droite, comme à la gauche ou l’extrême gauche de l’échiquier politique.»

Or le fait que le 15M peut suivre aujourd’hui «un chemin plus « muletier »», qui «se traduit sous d’autres formes (marche blanche, marche de la dignité…), on dit que tout cela a été un peu vain. Mais en quoi serait-ce vain, dans le contexte historique et politique actuel, au vu des rapports de force en présence.., que des milliers de personnes soient descendues dans les rues pour faire entendre leur voix, aient occupé une place pendant plusieurs semaines pour inventer, dans l’ici et maintenant, de nouvelles pratiques politiques, réfléchir sur les notions de partage, de réciprocité, surf les conditions de vie commune», s’interroge le cinéaste.

Il semble bien inscrire sa démarche documentaire dans le sillage de l’historien marxiste américain Howard Zinn disait que son principal souci, c’était « la multitude de petits gestes anonymes», qui, bout à bout, font ces « grands moments » qui font l’histoire. Dans son engagement syndical autant que dans sa pratique d’enseignant, Zinn s’est toujours efforcé de donner la parole à ces anonymes qui font l’histoire.

Du point de vue concret, un groupe de politique à court terme a dnotamment développé au fil de ce Printemps madrilène plusieurs propositions visant à améliorer le système actuel. Soit la «réforme de la loi électorale pour une démocratie plus représentative, réellement proportionnelle et qui développe des mécanismes effectifs de participation citoyenne ; la lutte contre la corruption à travers des normes visant une transparence politique totale ; la séparation effective des trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire). Et, enfin, la création de mécanismes de contrôle citoyen pour exiger une réelle responsabilité politique».

Tagués avec : , ,
Publié dans cinéma, politique culturelle, société
copyright
© 1984-2017. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Les opinions exprimées dans les pages de GenèveActive sont publiées sous la responsabilité de leurs auteur-e-s.
contact

Pour Contacter GenèveActive, envoyer vos informations, effectuer une demande de stage, proposer une collaboration ou soutenir GenèveActive, nous vous remercions d’utiliser le formulaire de contact