Le mouvement des squats prendra à  l’avenir d’autres formes

« Le squat, c’est fini, bientôt on se retrouvera tous aux Avanchets ». Un constat que le sociologue Jean Rossiaud peine à  adopter : « Le mouvement des squats prendra à  l’avenir d’autres formes, parce que les raisons de son existence persistent. Les causes structurelles du squat restent, la crise du logement et le besoin d’une meilleure qualité de vie aussi ».
Pourtant l’État mène une politique d’éradication des squats. Alors qu’une relative tolérance régnait, qu’est-ce qui explique ce subit revirement vers la répression ? Nous devrions peut-être anticiper sur ces besoins et ces attentes, en créant des espaces architecturaux polyvalents qui conjuguent habitat, lieu de rencontre, cuisine communautaire, salle de spectacles et ateliers, pourquoi les structures décideuses ne travailleraient-elles pas à  réinventer demain plutôt que de calquer le développement sur des conditionnements d’habitat, de comportements, de normes culturelles et légales dignes du XIX, siècle ? Avec la marge et ses territoires, le XXIe siècle reste à  inventer. »

Écouter l’entretien avec Jean Rossiaud, sociologue. Par Jacques Magnol. 45 min.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Tagués avec : , , ,
Publié dans économie, société
Un commentaire pour “Le mouvement des squats prendra à  l’avenir d’autres formes
1 Pings/Trackbacks pour "Le mouvement des squats prendra à  l’avenir d’autres formes"
  1. […] Dominique Gros, Claude Haegi, Léon Meynet, Fernando Sixto, Marion Innocenzi, Caroline Lacombe. – Le mouvement des squats prendra à  l’avenir d’autres formes. Avec Jean Rossiaud. 6 juin 2006. – Rémy Pagani veut révolutionner la politique du logement […]