Les enfants des trains indiens sont au Zinéma

film

Lucky Express. Un film de Anna Fischer au Zinema (Lausanne) le 11 avril 2012

Plus de deux cents enfants abandonnés ou en rupture échouent chaque jour dans les gares des mégapoles de la plus grande démocratie du monde. La réalisatrice suédoise Anna Fischer, qui a travaillé pour UNICEF à Genève, a réalisé un documentaire sur les enfants des trains en Inde,  qui sera pour la première fois projeté en Europe, le mercredi 11 avril 2012 à 21h au Zinéma à Lausanne, en sa présence.

circuit

Circuit effectué par Anna Fischer

Le documentaire long-métrage, véritable rail-movie, emmène le spectateur à travers les gares et le long des voies ferrées de l’Inde, à la rencontre d’enfants démunis, qui ont fait du réseau ferroviaire indien leur domicile. Ils nous partagent ici la dure réalité de leur quotidien, où se mêlent rêves, espoirs et craintes.

gare

Selon l’UNICEF, plus de deux cents enfants abandonnés ou en rupture échouent chaque jour dans les gares des mégapoles de la plus grande démocratie du monde, ils seraient plus de onze millions à s’être fixés dans ces lieux de transit pour tenter d’y survivre.

Que font 11 millions d’enfants sur les quais des gares indiennes ?

Échouer, plutôt que « s’installer », dans les gares permet en priorité de bénéficier des services disponibles comme l’eau potable, les toilettes, ou récupérer les reliefs de la nourriture jetée par les voyageurs, mais surtout pouvoir « travailler ». Au contraire des États-Unis où les homeless âgés vivent de la récupération de canettes en alu, en Inde, les enfants abandonnés ou en rupture fouillent les quais à la recherche des bouteilles vides qu’ils rapporteront au centre de recyclage pour quelques roupies.  Dès l’âge de trois ans, ils peuvent rendre de menus services aux voyageurs en transit, nettoyer, cirer les chaussures ou mendier. Les plus chanceux gagnent jusqu’à trois francs suisses par jour, somme qu’il s’agira ensuite de protéger des prédateurs de toutes sortes.

Le premier danger est représenté par les autres enfants ainsi que les bandes qui les rackettent, les abus sexuels sont la norme dans ces lieux où un enfant est, dans les vingt premières minutes de son arrivée dans une gare,  accosté par des prédateurs sexuels plus âgés qui offrent friandises ou surtout de la drogue. Devenus accros – 90% sont dépendants de diverses substances – ces enfants dépensent l’argent gagné pour se procurer les colles qu’ils sniffent au lieu de se nourrir. En Inde l’immense richesse côtoie l’immense pauvreté qu’elle exploite sous diverses formes, ainsi d’autres circuits plus élaborés appâtent ces enfants avec du chocolat pour leur prélever par la suite rein ou cornée…

Sillonnant les plaines de l’Inde jusqu’au Népal, notre route se poursuit finalement jusqu’aux contreforts de l’Himalaya à la recherche de la famille de Lucky. Le récit d’Anna Fischer est livré sous la forme de confessions à l’un des leurs, Lucky, un ancien vagabond. C’est le regard complice de celui-ci envers ses compagnons de fortune qui procure toute la dimension ‘intimiste’ à ce documentaire.

Jacques Magnol

LUCKY EXPRESS
Documentaire, Anna Fischer, Suède/USA, 2012, 86′, VO anglais/hindi (sous-titré anglais)
11 avril 2012 | 21h | entrée libre

Anna Fischer

Anna Fischer

A l’issue de la projection aura lieu une discussion en présence de la réalisatrice
Découvrez ici le trailer :

 

 

ZINEMA
rue du Maupas 4 | Lausanne
www.zinema.ch

Tagués avec : , , , ,
Publié dans cinéma, société
copyright
© 1984-2017. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Les opinions exprimées dans les pages de GenèveActive sont publiées sous la responsabilité de leurs auteur-e-s.
contact

Pour Contacter GenèveActive, envoyer vos informations, effectuer une demande de stage, proposer une collaboration ou soutenir GenèveActive, nous vous remercions d’utiliser le formulaire de contact