Le label Swiss made est insuffisant pour la manufacture H. Moser & Cie

Endeavour Centre Seconds Concept Cosmic Green_1343, éditée à 20 exemplaires, c’est l’une des nouveautés SIHH et la première à ne pas porter de label Swiss Made sur son cadran. H. Moser & Cie.

Depuis le 1er janvier 2017, une montre doit satisfaire à l’exigence de 60% minimum de valeur suisse pour être estampillée Swiss made. L’adoption de Swissness introduit de nouveaux critères permettant de déterminer de manière plus précise la provenance géographique d’un produit ou d’un service. La définition du mouvement suisse passe aussi à 60% minimum de valeur suisse (contre 50% auparavant) avec un calcul de valeur qui prend désormais en compte de nouveaux critères tels les coûts de recherche et développement ou de certification. Les exigences déjà en vigueur comme l’incorporation d’un mouvement suisse, l’emboîtage et le contrôle final en Suisse sont maintenues.

H. Moser & Cie, atelier.

La nouvelle ordonnance qui règle l’utilisation du nom Suisse pour les montres est encore loin de satisfaire les manufactures haut de gamme authentiquement suisses et dont la production est à plus de 90% helvétique. A l’origine des tractations menées dès 2007 par la Fédération de l’industrie horlogère suisse, il était question d’un seuil minimum de 80%. Nombre de marques pourront satisfaire cette exigence tout en continuant de travailler de nombreux composants étrangers, mais les plus exigeantes ne sont pas satisfaits. La première à le manifester est H. Moser & Cie, la petite manufacture de Schaffhouse qui produit à plus de 95% en Suisse.

Edouard Meylan, CEO H. Moser & Cie.

 

Une mention Swiss made trop largement galvaudée

Ainsi Edouard Meylan, son CEO, qui aurait voulu des normes beaucoup plus strictes à la hauteur des critères extrêmement sévères auxquels son entreprise se soumet, a décidé de ne plus apposer l’indication Swiss made sur le cadran de ses nouvelles créations à partir de 2017. Et l’horloger de préciser «Nous croyons fermement dans les valeurs suisses et nous nous battons au quotidien pour défendre l’horlogerie mécanique traditionnelle. Dans notre manufacture, nous concevons, développons et produisons nos mouvements de A jusqu’à Z, y compris les spiraux et organes réglants par le biais de notre société sœur, Precision Engineering AG. Ce que nous ne faisons pas en interne, nous le commandons à des fournisseurs suisses. Avec plus de 95% de composants fabriqués en Suisse, nous sommes largement au-delà de l’ordonnance sur le Swiss Made et, pourtant, c’est le même label qui apparaît sur nos cadrans et sur ceux de marques qui sont à la limite des exigences et qui profitent des largesses du label pour fabriquer une grande partie de leurs composants à l’étranger. Aujourd’hui, la mention Swiss Made est largement galvaudée, utilisée par des marques d’entrée de gamme pour justifier leur existence ou un certain positionnement prix. Au final, notre image en ressort dévalorisée, alors que nous n’avons rien à justifier, nos produits parlant d’eux-mêmes.»

La montre « la plus suisse jamais produite »

H. Moser dévoilera « la montre la plus suisse jamais produite », de couleur rouge fumé, au SIHH.

H. Moser & Cie a déjà fait disparaître la mention Swiss made d’une de ses nouveautés, « Endeavour Centre Seconds Concept Cosmic Green » (photo en haut de page), c’est le dernier né des cadrans de la manufacture, totalement épuré, sans index ni logo. Le 12 janvier, Moser lancera la montre « la plus suisse jamais produite », de couleur rouge fumé, lors du Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH) de Genève à la mi-janvier.

SIHH 2017 : Les visiteurs qui souhaitent se rendre à la journée ouverte au public du SIHH 2017 – le vendredi 20 janvier – peuvent acheter un billet sur le site du salon, au prix de CHF 70.-, dans la limite des places disponibles,

En savoir plus :
La manufacture Moser & Cie, basée à Neuhausen am Rheinfall, a été créée par Heinrich Moser en 1828. elle emploie aujourd’hui 50 collaborateurs, possède 8 calibres manufacturés et produit 1’200 montres par année.

Sur les nouvelles exigences fixées par Swissness, et comment calculer la part de provenance suisse pour remplir les exigences de la législation Swissness (Institut Fédéral de la Propriété Intellectuelle).

Tagués avec : , , ,
Publié dans économie, horlogerie
copyright
© 1984-2017. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Les opinions exprimées dans les pages de GenèveActive sont publiées sous la responsabilité de leurs auteur-e-s.
contact

Pour Contacter GenèveActive, envoyer vos informations, effectuer une demande de stage, proposer une collaboration ou soutenir GenèveActive, nous vous remercions d’utiliser le formulaire de contact