La diversité fait la richesse du programme de l’ADC

janfabre-tragedy2

« Tragedy of a Friendship », Jan Fabre dramatise la relation entre Nietzsche et Wagner. ©Wong Bergmann.

L’ADC réussit un exercice d’équilibre entre les créations d’artistes des scènes locale et internationale au fil d’un parcours pluridisciplinaire qui serpente les différents segments de la danse contemporaine de la rétrospective, avec Trisha Brown, aux jeunes artistes soutenus par le programme européen Modul Dance.

Parcours partiel en images…

nicole-seiler-acte1

Nicole Seiler, « Un acte sérieux », @Cie Nicole Seiler.

Lors de la présentation de la saison, devant une salle comble, la performance de Nicole Seiler, intitulée « Un acte sérieux », interprétée par Krassen Krastev et Mike Winter, fut un moment très réussi d’expérimentation de déconstruction du langage de la chorégraphie avec la participation du spectateur.

Le temps fort de la saison de l’ADC se déroulera au printemps, à la fin du mois de mai pendant six jours. Six compagnies de danse sélectionnées dans le cadre du réseau européen Modul dance, dont l’ADC fait partie, sont à découvrir à la Salle des Eaux-Vives et au Théâtre de l’Usine durant six jours. Les 3 suisses qui sont dans ce réseau sont des artistes bien connues de l’ADC – Perrine Valli, Eugénie Rebetez et Marie-Caroline Hominal.

 

laribot-execution1

La Ribot. EEEXEEECUUUUTIOOOOONS!!!, par le Ballet de Lorraine, © Mathieu Rousseau.

La Ribot poursuit ses recherches sur le rire et les limites du corps qu’elle développe, cette fois, avec le Ballet de Lorraine. L’intégration de la mécanique classique d’un corps ballet dans le champ contemporain signe une libération des deux côtés. C’est une occasion rare de voir, à Genève, l’esprit de la performance appliqué à un grand casting. 9 avril 2014 au BFM.

 

janfabre-tragedy1

Jan Fabre, « Tragedy of a Friendship », ©Wong Bergmann. 26 et 27 septembre, Comédie de Genève.

Jan Fabre dramatise le rapport entre Wagner et Nietzsche, car il s’agit plus que des rapports personnels entre le musicien et le philososophe. La vision esthétique de Nietsche est la vision esthétique de la tragédie, Wagner travaillait à l’oeuvre d’art totale (Gesamtkunstwerk) réunissant musique, danse, théâtre et poésie dans une mise en scène opératique et spectaculaire, un style critiqué par Nietzsche, notamment dans « Le cas Wagner », et source de réactions très émotionnelles entre les deux hommes.

 

adc-trisha-brown1

Trisha Brown, « Astral convertible », © Lois Greenfield

Le travail de Trisha Brown, une des figures majeures de la danse post-moderne est largement ouvert sur les arts plastiques. Des pièces de répertoires seront présentées au Bâtiment de Forces Motrices, ses Early Works au Pavillon Sicli, une conférence et des projections de films se dérouleront au Flux Laboratory. 26 et 27 septembre.

 

7273-tarab

cie 7273, Tarab, © Régis Golay

Durant leur résidence en Egypte, Laurence Yadi et Nicolas Catillon, de la cie 7273, ont travaillé sur l’appropriation d’un concept de la musique arabe dans la chorégraphie. Tarab, soit une danse extatique pour dix interprètes sur une musique de Richard Bischop. 9 au 20 octobre.

 

asobi1

Kaori Ito, « Asobi, jeux d’adultes », © Toni Ferre.

Asobi est un terme japonais évoquant ce qui se fait en marge des obligations de la vie. Il signifie également « jeu » dans un contexte adulte, sensuel. Dans la société japonaise contemporaine, sa connotation érotique est véhiculée par les hommes uniquement, les femmes japonaises n’étant pas sensées pratiquer ces jeux-là. Et si c’était le cas…? du 13 au 15 décembre.

 

walters

Kylie Walters, « Not even wrong », © Christian Lutz.

La théorie atomique, le principe d’incertitude, le Big Bang, la matière sombre… Dans un CERN bricolé et underground, l’astrophysicien Richard Gray discute de tout cela tandis que le duo formé par Madeleine Piguet et Amaury Réot s’installe chorégraphiquement dans ses concepts. 7 au 11 mai 2014.

 

hominal-adc1314

Marie-Caroline Hominal, « Froufrou », © Christian Lutz

Marie-Caroline Hominal effectue un travail assez anthropologique sur la séduction, le mystérieux et les rituels vaudous découverts en Haïti. 20 novembre au 1er décembre 2013.

 

monnier-objetsretr

Mathilde Monnier, « Objets re-trouvés », par le Ballet de Lorraine, © Mathieu Rousseau.

Fascinée par les capacités d’enregistrement et de stockage de mémoires gestuelles et imaginaires des danseurs, Mathilde Monnier aborde le répertoire commun que possèdent les danseurs, une part de l’histoire de la danse. 9 avril 2014 au BFM.

 

cva-drift1

Cindy Van Acker, « Drift », © Louise Roy. 24 octobre au 3 novembre.

Cindy Van Acker et Tamara Bacci concrétisent dans ce duo leur intense et longue collaboration et leur sens commun du mouvement. Le rapport fusionnel entre les deux femmes passe par un langage corporel porté par un glissement, comme une dérive des continents. Drift, c’est glisser dans la maîtrise, dériver sans perdre pied.

Marco Berrettini, Lisbeth Gruwez, Sarah Ludi, Foofwa D’Immobilité, Alexandra Bachzetsis, Daniel Linehan, sont également de la partie, leurs créations sont en cours d’élaboration, nous en reparlerons le moment venu.

Voir le programme complet sur le site de l’Association pour la Danse Contemporaine, Genève.

 

Tagués avec : , , ,
Publié dans danse, scènes
copyright
© 1984-2017. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Les opinions exprimées dans les pages de GenèveActive sont publiées sous la responsabilité de leurs auteur-e-s.
contact

Pour Contacter GenèveActive, envoyer vos informations, effectuer une demande de stage, proposer une collaboration ou soutenir GenèveActive, nous vous remercions d’utiliser le formulaire de contact