Des milliers d’heures d’enregistrements au Montreux Jazz Festival seront bientôt en ligne

epfl_montreuxarchi

© Joël Tettamanti

Le Montreux Heritage Lab2 permettra bientôt au public de s’immerger dans les quelques 5000 heures d’archives du Montreux Jazz Festival. L’installation immersive qui résulte d’un programme de recherche entre design, architecture et technologie a été dévoilée lundi 4 juillet sur le lieu de sa construction, à l’EPFl+ECAL Lab.

Comment redonner vie aux patrimoines désormais disponibles sur des supports numériques, comment font-ils évoluer notre perception du passé, quelles nouvelles perspectives culturelles ouvrent-ils? L’EPFL + ECAL Lab, le Metamedia Center et le laboratoire ALICE ont répondu à ces questions au cours d’un projet de recherche interdisciplinaire. Le fruit de leurs recherches prend corps dans une installation immersive, le Montreux Jazz Heritage Lab2.

Cette installation s’appuie sur le travail entamé lorsqu’Audemars Piguet, Montreux Sounds et l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ont uni leurs forces dans le but de numériser, restaurer et préserver les précieuses archives du Montreux Jazz Festival fondé par Claude Nobs il y a exactement 50 ans. Une collection s’élevant à plusieurs milliers d’heures d’enregistrements des meilleurs musiciens de la planète est alors devenue la première bibliothèque audiovisuelle à être inscrite au registre « Mémoire du monde» de l’UNESCO, en vue de protéger ce fabuleux héritage.

Entreprise en 2008, la numérisation des archives du Montreux Jazz Festival est pratiquement achevée, assurant ainsi la pérennité d’un patrimoine enregistré au fil des ans dans de multiples formats. «Toutes les bandes masters d’origine auront été numérisées à la fin de l’année. On peut désormais s’appuyer sur ce patrimoine pour de multiples valorisations», relève Alain Dufaux, directeur opérationnel du Metamedia Center. En huit ans, plus de 11’000 heures d’enregistrements vidéo (dont des enregistrements en haute définition dès 1991!) et 6’000 heures d’enregistrements audio haute-qualité ont été digitalisées et répertoriées de manière détaillée dans une base de données. Tous les enregistrements sont conservés dans des formats digitaux non compressés, utilisant les technologies les plus récentes. Depuis 2010, plusieurs projets de valorisation ont été menés à l’EPFL, impliquant plus d’une dizaine de laboratoires, en utilisant cette collection unique comme une base de données pour les chercheurs.

Un patrimoine vivant

Les recherches menées par l’EPFL+ECAL Lab, centre de recherche en design de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne en étroite collaboration avec le l’Atelier de la conception de l’espace (ALICE) de la même école proposent une nouvelle vision de ce patrimoine numérisé. L’approche vise à créer une expérience spécifique pour une archive numérisée, au lieu de reconstituer le passé. « L’expérience

du concert original, c’est le décor du Léman et des montagnes, l’ambiance générée par plusieurs milliers de personnes, les surprises de la prestation artistique et surtout le fait d’être face aux musiciens en chair et en os. Et ça, on ne peut pas le recréer. Il faut donc tirer parti des avantages qu’offre le numérique pour créer une autre expérience, complémentaire», affirme Nicolas Henchoz, responsable du projet. Une première installation, destinée à une consultation plus intime, avait vu le jour en 2012, primée l’année suivante au Design Preis Schweiz.

La nouvelle installation, baptisée Montreux Heritage Lab2, sera ouverte au public dans le futur Montreux Jazz Café de l’EPFL dès novembre. Elle inclut la visualisation d’une grande partie des archives, la capacité d’accueillir 20 personnes et une sensation d’immersion beaucoup plus forte.

Trois principes ont guidé l’EPFL dans cette recherche: en premier lieu, la volonté de placer l’effort au service du contenu et de sa valeur culturelle. La prise de vue figurant dans les archives est placée au centre du dispositif, intacte et dominante, sur un écran doté d’une géométrie sophistiquée qui donne une impression de proximité et de profondeur avec la scène. Ensuite le son, composante majeure pour une bonne immersion, orchestré en ‘3D audio’ par les start-up Audioborn et IIlusonic (toutes deux lancées par d’anciens membres du Laboratoire de Communication Audiovisuelle, LCAV), avec l’aide du groupe Acoustique d’Hervé Lissek (LTS2) et l’entreprise yverdonnoise Relec et ses hautsparleurs PSI-Audio de haute précision. L’expérience tire avant tout parti de l’essence même de cette archive, l’image et la musique. L’immersion est renforcée par les parois latérales de l’espace, qui reflètent l’image par des miroirs et affichent de l’information et des visuels grâce à une trame de LED. Des anecdotes révélatrices de l’histoire du festival complètent l’expérience en jouant sur les différents écrans. La conception architecturale permettra à l’installation de rayonner en direction de la salle du Montreux Jazz Café, juste à côté, et le soir, vers la place centrale de l’EPFL.

Enfin, le système de navigation, conçu spécifiquement pour l’installation, contribue à créer une perception globale de l’archive à l’intérieur de laquelle plus de 44’000 morceaux sont à portée de doigts.

Soutiens au projet : Audemars Piguet,  Loterie Romande, la Fondation Ernest Gëhner. Des partenaires technologiques se sont également associés à ce projet.

Tagués avec :
Publié dans musique
copyright
© 1984-2017. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Les opinions exprimées dans les pages de GenèveActive sont publiées sous la responsabilité de leurs auteur-e-s.
contact

Pour Contacter GenèveActive, envoyer vos informations, effectuer une demande de stage, proposer une collaboration ou soutenir GenèveActive, nous vous remercions d’utiliser le formulaire de contact