De routes en déroutes : les marches entêtantes et déroutantes de «iFeel3»

iFeel3 - une pièce chorégraphique de Marco Berrettini, avec Christine Bombal, Nathalie Broizat, Sébastien Chatellier, Marion Duval et Summer Music (Samuel Pajand et Marco Berrettini). ADC, Genève, le 11 janvier 2016. © Dorothée Thébert Filliger

Histoires condensées de la danse

Cheveux couleur jais, jupette plissée, bustier froncé dans le dos et petites chausseurs de toiles, le tout en blanc, Marion Duval a tout de l’Alice Pleasance Liddell fétichisée par Lewis Carroll photographe. Ses obliques de 10 secondes chrono dans iFeel3 sont pour le moins intrigantes. Formée à la danse classique et contemporaine, au théâtre et au clown, Marion Duval, qui fut interprète chez Andréa Novicov, Fabrice Gorgerat, Robert Sandoz ou  Youngsoon Cho Jaquet, ose tout. Ou presque. Ce, dans une grande fidélité à la démarche de longue date du chorégraphe qui est d’interroger et subvertir l’historicité de la danse dans ses composantes modernes et postmodernes, contemporaines et théâtralisées en les frottant aux chansons des gestes et postures issues de la culture populaire, du manga au dessin animé notamment.

Le tout en pointant, ici doucement, la forfaiture que peut parfois être le spectacle de danse dans son hymne convenu à la performance virtuose consensuelle, à la danse comme frappe de clavier chorégraphique débitée au kilomètre. Si la nouvelle création du Transalpin travaille encore une fois sur la possible frustration face à ce qui n’était pas de la danse comme c’était à espérer/désespérer et à prévoir, il joue toujours, de manière renouvelée, avec le souhait du spectateur d’assister enfin à un authentique spectacle qui performe. Les interprètes sont aussi de vrais athlètes accomplis proposant des diagonales au format tweet comme une ronde ou un teaser prenant la forme d’un ruban de Moebius.

La dramaturgie joue ainsi des intervalles, un performeur s’évanouissant après l’autre et d’une savante manière de s’agréger et se désagréger. Les corps étirent les espaces intermédiaires, tuilent et tricotent leurs trajectoires sans presque jamais se télescoper. Comme le pressent justement le critique historique Gérard Mayen dès iFeel2 : «la danse n’est pas cette bête affaire de corps domestiqués pour bien bouger. Elle est opération de lecture par flux d’échanges.»

Marion Duval déroulent les mouvements sinueux, tournoyants, qui jouent presque exclusivement sur les bras façon Loie Fuller, les trois-quarts de profil en frise antique puisant dans leur meilleur dans le tandem Nijinski-Lifar. La palette de la jeune femme est des plus éclectique et conduite avec un détachement souverain, de l’ordre de l’esquisse désinvolte : souvenir d’Isadora Duncan tirant sa première idée de la danse du rythme des vagues du Pacifique ; danse du soleil psychédélique proche de la comédie musicale Haïr ramenée à une silhouette posée et déplacée ; démarche latérale de crabe rappelant les évolutions burlesques des personnages dans les mangas les plus héraldiques et populaires, style One Piece. Bondissements vitaux et enfantins à la Candy sous acide disneyen, corps handicapé et empêché croisé dans les parages d’Alain Platel, clin d’œil possible à Anne Teresa de Keersmaeker avec ce bras qui part vers l’arrière, harponnant le reste du corps tendu vers l’avant ou fiché à la verticale.

Il y a aussi ces pas glissés vers le grand écart. On retrouve là une juvénile majorette testant ses enjambées à la façon d’un jeu d’équilibre venu de l’Enfantin. Et puis cet incroyable regard concentré et plissé vers l’horizon de lendemains qui (dé)chantent, dans une geste rapatriant les canons figuratifs du réalisme socialiste et les poses héroïques, de Staline à Kim Joung-un. Plus loin, sans doute, pour les progressions de marche en danse avec chute et jambes pliées, mains posées sur genoux ou jarrets, Mathilde Monnier et sa pièce Déroutes de magnifique mémoire.

Sous la direction de Marion Duval et avec elle, Marco Berrettini présentera Claptrap autour de l’autofiction et la manière de faire récit de soi. L’art du bonimenteur est annoncé comme pendulant entre «confession et mythomanie, comédie et drame». (Au Théâtre de l’Usine du 3 au 6 mars 2016). Chez la comédienne et danseuse, performeuse et metteure en scène, il pointe une «exigence folle» et un caractère volontiers «sauvage». Avant de confier, franchement admiratif : «A 53 ans, elle me bouscule comme jamais, m’amenant dans des territoires rarement arpentés ainsi jusqu’alors. En répétition, j’ai l’impression de renaître chaque jour par elle. Voici un sentiment que je n’avais plus guère expérimenté. Sa présence est incroyablement stimulante».

Envers de l’obscur

A la fin de iFeel3, le monolithe retournée révèle un white cube plasticien surexposé par des fluos conçu par Victor Roy. Evoluant dans une forme de vitrine du salon des arts ménagers avec démonstration de robots ménagers, des presses fruit et légumes aussi design que les aspirateurs Dyson mêlant l’utilitaire à l’érotisme gore dévoilant les agrumes en mode broyeur. En couple, les performeur-e-s et musiciens iront y presser les agrumes en riant de manière douloureuse et silencieuse, formes creuses agitées de spasmes, chimères aux mouvements d’automates.

Voici une sociabilité bio en réseau qui ne regarde qu’elle-même «crispée dans ses pleurs suite aux attentats qui ensanglantent la planète autant que dans un hédonisme light épousant la vogue présente des jus de fruits et légumineux censés purgés l’organisme de ses toxines sans autre effort que l’absorption de cocktails de jus pressé. Le rapprochement entre ces deux réalités suscite un devenir immobile, spectral. Il est posé en équilibre instable entre rire et douleur, saisissement et impuissance», commente un Berrettini très en verve malgré sa gorge nouée du jour.

Pour Marion Duval, le visage est alors poudré de blanc, lèvres pulpeuses rouges sang de vamp automate et d’héroïne manga tueuse. Sa figure semble alors surgir autant des clowns mélancoliques, déceptifs et inquiétants du Suisse Ugo Rondinone que du film de super-héros criminels Suicide Squad. Pour Marco Berrettini, les lèvres sont rehaussées par deux touches centrales couleur carmin évoquant Klaus Nomi ou un improbable précieux ridicule courtisan. Eve en statuaire, Christine Bompal porte, elle, une immense pomme plastique rappelant un porte-glaçons très en vogue dans les années 70. On s’éclate tout en névroses chez les bobos bio lyophilisés qui lentement portent leur calice fruité et légumineux aux lèvres. Avant de retourner cérémonieusement, ici au néant de leur obscurité fuligineuse, là à leur coulisse hors champ.

iFeel3 - une pièce chorégraphique de Marco Berrettini, avec Christine Bombal, Nathalie Broizat, Sébastien Chatellier, Marion Duval et Summer Music (Samuel Pajand et Marco Berrettini). ADC, Genève, le 11 janvier 2016. © Dorothée Thébert Filliger

 

Un casting quatre étoiles

Demeure pour cet opus, l’infinie expressivité et variété de la trame des marches qui exacerbe sobrement le contraste de la singularité des êtres. Il y a les saynètes proches du voguing déstructuré imaginé par le chorégraphe américain Trajal Harrell réalisées par la Française Nathalie Broizat. Elles mêlent les registres absurde, pathétique, lyrique, opérique et new burlesque dans une veine de diva doloriste proche de Pina Bausch et Raimund Hoghe, si prompts à mettre en scène une humanité égotiste un brin fêlée. Mais aussi les fascinantes décompositions aériennes de Sébastien Chatellier, débordant le plateau, ses jambes projetées en fouettés, modulant ce flegme qui le rend aussi attachant que ces gravures de mode vantant des parfums avec une morgue lasse. Pourquoi ne pas y déceler cette désinvolture de nantis à la cinglante beauté racée face à la vie en marche ?

Découvrez aussi la performance de l’inoxydable interprète qu’est Christine Bombal depuis 1989. Contemplez ses variations obstinées alignant mécaniques de bras tournoyants et suspensions du corps qui doivent tant notamment à son heureux compagnonnage avec l’icône la plus populaire de la danse héxagonale, Philippe Decouflé (Petites pièces montées, Denise, Decodex). L’entêtement autiste de ses trajectoires métronomiques ainsi que son évolution en grappes et nuées magnétiques formées de danseurs cherchant leur Nord ne sont pas sans évoquer, de loin en loin, son travail avec le chorégraphe suisse Gilles Jobin (Moebius Strip, Under Construction). Elle se révèle merveilleusement apte extraire la substance théâtrale de la marche comme par le passé d’autres formes archétypales telles le rock pour Gonzo Conférence, conférence performative et dansée avec Fanny de Chaillé.

 

iFeel3 - une pièce chorégraphique de Marco Berrettini, avec Christine Bombal, Nathalie Broizat, Sébastien Chatellier, Marion Duval et Summer Music (Samuel Pajand et Marco Berrettini). ADC, Genève, le 11 janvier 2016. © Dorothée Thébert Filliger

Léger et lourd

Figurant aussi bien la déambulation d’une communauté d’exception que nous a présenté sa pièce, que la marche r arpentant un paysage autant mythologique que politique, iFeel3 harmonise sereinement le profane et le mystique. Comme si ce chorégraphe déroutant pouvait à lui seul entraîner tous nos rêves et utopies derrière sa diagonale. Sans jamais quitter le sol rugueux du monde, Marco Berrettini a donc fini par mener patiemment sa création dans les nuées, marier le ciel et la terre. Avant de tout figer dans une white box en forme de tombeau mallarméen des sociabilités en réseaux, light et bio, si oublieuses du corps comme pensée et du monde comme poids.

Cette séquence terminale semble ainsi reconduire les intuitions posées par le philosophe français Gilles Lipovetsky dans son ouvrage, De la légèreté. L’existence s’y révèle aussi  «désorientée, insécurisée, hautement fragilisée». Si les hymnes au plaisir prolifèrent, «l’anxiété et les dépressions sont sur une pente ascendante». Le chorégraphe semble s’être souvenu que De la légèreté est sorti le 7 janvier 2015, jour de l’attaque contre Charlie Hebdo. Dans son intérieur et écrin blanc surexposé, il met en scène une époque éthérée mais inquiète, tordue par le rictus d’un rire en souffrance, une époque qui, comme l’observe Lipovetsky, «rencontre une nouvelle limite à l’accomplissement d’elle-même, échouant à éradiquer les actions d’endoctrinement et de « lavage de cerveau », les tueries et massacres, le déchaînement de la haine de l’autre».

Bertrand Tappolet

iFeel3
Une pièce chorégraphique de Marco Berrettini, avec Christine Bombal, Nathalie Broizat, Sébastien Chatellier, Marion Duval et Summer Music (Samuel Pajand et Marco Berrettini).
Théâtre de Vidy – Lausanne, du 26 au 28 janvier. Rens. : www.vidy.ch

Lire également :
IFeel. Les formes de la colère. Par Bertrand Tappolet.
IFeel2. L’accord parfait de deux êtres sur scène. Par Bertrand Tappolet.

Tagués avec : ,
Publié dans danse, scènes
copyright
© 1984-2017. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Les opinions exprimées dans les pages de GenèveActive sont publiées sous la responsabilité de leurs auteur-e-s.
contact

Pour Contacter GenèveActive, envoyer vos informations, effectuer une demande de stage, proposer une collaboration ou soutenir GenèveActive, nous vous remercions d’utiliser le formulaire de contact