Artgenève, un salon agréable et constamment « in progress »

Fondazione Sandretto Re Rebaudengo. Turin.

Le salon artgenève conforte sa position de salon d’art contemporain le plus agréable avec ses stands spacieux et ses vastes allées qui favorisent une déambulation sereine. Salon tout public qui accueille généralement plus de 15’000 visiteurs, c’est autant une occasion de découverte pour les non initiés que pour les collectionneurs.

 

Le salon 2017 allie confort et diversité.

Thomas Hug, directeur et créateur de l’événement, dont c’est la sixième édition, progresse en qualité mais tient à contenir les demandes pour rester dans la taille propre au bien-être des visiteurs. La qualité de l’information délivrée par les galeristes même au simple curieux est un atout non négligeable quand on connaît l’atmosphère des très grandes foires genre Art Basel et ses près de 300 exposants. A Palexpo, artgenève 2017 accueille 85 (80 en 2016) galeries d’art contemporain, moderne, et de design, provenant de seize pays (14/2016), autant qui profitent d’espaces généreux.

Les sculptures monumentales ont pris socle sur le quai Wilson. L’ouverture attendue vers la Suisse alémanique se manifeste par l’accueil de deux expositions spécialement conçues pour cette occasion sur les stands respectifs de Fri Art Kunsthalle Fribourg et de La Fondation Sandretto Re Rebaudengo de Turin, tandis que la Fondation Beyeler projette un film sur son exposition Monet.

Le Musée d’art moderne et contemporain de Genève expose progressivement ses achats.

Le Mamco en toute transparence

Pour sa deuxième année à la direction du musée d’art contemporain, Lionel Bovier a créé la surprise à l’ouverture du salon en annonçant qu’il allait visiter les galeries et acheter des œuvres intéressantes ou qui manquaient à la collection de l’institution, grâce à une sorte de pot – d’un montant tenu secret – constitué dans ce but par de généreux donateurs (expression consacrée). L’initiative montre par ailleurs une volonté de dialogue et d’ouverture. Les achats sont progressivement présentés sur le stand du musée et qui, vendredi, en comptait quatre : Sylvain Croci Torti, Louise Lawler, Stephen Prina, Mitchell Anderson, et Wade Guyton.

Des œuvres mandatées, des expositions spéciales « curatées » et des solo shows
Nombre d’expositions spéciales enrichissent l’évènement. Une très vaste installation de Vertical Works permet au public de s’immerger dans le travail de lumière d’Anthony McCall – pour la section The Estate Show. Une œuvre importante de la Collection Ringier est installée au centre du salon et The Ball Room permet aux galeries de présenter un ou plusieurs de leurs artistes dans un espace décalé. Vingt-sept galeries proposent également des présentations monographiques alors qu’elles n’étaient que 20 à pratiquer l’exercice l’an passé.

« Vertical Works » permet au public de s’immerger dans le travail de lumière d’Anthony McCall.

Solo show Marco Scorti chez Xipass.

Pour sa première participation à artgenève, le Musée de l’Ariana montre une pièce créée pour l’occasion par Christian Gonzenbach.

Solo show Caroline Corbasson chez Laurence Bernard.

Installation de Sylvie Fleury chez Andrea Caratsch.

Joseph Farine – anadat ritorno – fait preuve d’une grande fidélité avec Bernard Moninot.

L’exposition Domestic Furniture and Wildlife crée un environnement étrange pour la présentation de mobilier design.

Atelier – garderie pour les plus jeunes.

Un événement propice à tous les selfies.

Un conseil : éviter les conseils, les gourous narcissiques, les visites guidées, les « à voir absolument » comme les « à éviter », et se laisser aller au fil des travées pour son propre plaisir, comme les grands marchands et les top conservateurs qui fonctionnent au gré de leur propre intuition – et jouissent avec l’art comme me l’affirme l’un d’eux.

artgenève
du jeudi 26 au dimanche 29 janvier 2017. Palexpo Genève, Halle 2.

La prochaine édition d’artgenève aura lieu du 1er au 4 février 2018.

Tagués avec : , , ,
Publié dans art contemporain, design, expositions, musées