A Venise, le Pavillon suisse a la peau rosâtre

DEF_Lupe-2-2015_FR.indd
Le timbre créé par Pamela Rosenkranz pour la biennale d’art de Venise.

Pamela Rosenkranz (1979*) investira le Pavillon suisse lors de la prochaine biennale d’art de Venise qui se tiendra du 9 mai au 22 novembre 2015.


Le travail conceptuel de Pamela Rosenkranz  questionne le sens de «l’humain» et traduit des questions complexes vers une symbolique claire au moyen de sculptures, travaux de papier, vidéos et installations symboliques. Pamela Rosenkranz se sert pour ce faire d’une série d’objets et images bien connus: bouteilles en PET, boissons sucrées, gammes de couleurs de groupes mondiaux, images JPEG du bleu d’Yves Klein et chaussures de sport ASICS. Les scènes sont parcourues de silicone et de couleurs acryliques dans différents tons de chair. Dans son travail,
Pamela Rosenkranz questionne le corps humain et notre besoin, sans cesse aiguillé par la publicité omniprésente, de le modeler et de l’améliorer sans cesse. Consommation effrénée, hystérie sportive, quête de jeunesse éternelle, idéaux de beauté, modèles d’identité et de rôles sont des thèmes récurrents dans les expositions.

rosenkranzpamela
Pamela Rosenkranz. Photo : Marc Asekhame

L’exposition de Pamela Rosenkranz transforme le pavillon suisse en un corps organique à la peau rosâtre, fluide, odorante, brillante, sonore et mouvante. Elle collabore pour la biennale avec la commissaire Susanne Pfeffer, actuelle directrice du Fridericianum de Kassel, en Allemagne. Le timbre conçu pour la Poste est en rapport étroit avec l’exposition du pavillon suisse, laquelle Pamela Rosenkranz a utilisé une «couleur chair» spécialement conçue pour l’occasion. Avec une structure palpable, le timbre imite la peau humaine, ajoutant un aspect sensoriel à son aspect extérieur.

«S.D.S. DADA – The World Is A Mess»

A l’occasion de la biennale, le «Salon Suisse» a fait appel cette année à deux spécialistes du dadaïsme pour concevoir un programme d’événements durant cinq week-ends au Palazzo Trevisan degli Ulivi. A l’enseigne de «S.D.S. DADA – The World Is A Mess», Juri Steiner et Stefan Zweifel convient les hôtes du monde entier à discuter de la force et de l’actualité du dadaïsme par-delà les époques. Patronné par la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, le «Salon Suisse» offre une plateforme d’échanges sur la pensée et l’art contemporains dans une atmosphère détendue. Les événements sont tous gratuits et ouverts à tous les intéressés. LAUFEN Bathrooms AG est le partenaire du Salon Suisse.

Les nominations aux biennales d’art et d’architecture de Venise relèvent de la responsabilité d’un jury indépendant mandaté par la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia. Jusqu’en 2014, il se composait de sept membres: Peter Fischli, artiste; Beatrice Galilee, curatrice et critique; Katya Garcia-Ant6n, curatrice; Simona Martinoli, historienne d’art et d’architecture; Arthur de Pury, curateur du Centre d’art Neuchâtel; Philippe Rahm, architecte (président); Peter Schneemann, directeur du département d’histoire de l’art, Université de Berne. La Suisse participe à la Biennale d’art depuis 1920 et à la Biennale d’architecture depuis 1991.

Le travail de Pamela Rosenkranz a été présenté au Centre d’art contemporain de Genève (27 mars au 16 mai 2010) par Katya García-Antón alors directrice du Centre et actuellement membre du jury de Pro Helvetia pour la Biennale de Venise.

Voir :  A Venise, un parfum créé spécialement est une oeuvre dans l’oeuvre de Rosenkranz. GenèveActive.

Tagués avec : , ,
Publié dans expositions, politique culturelle
copyright
© 1984-2017. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés. Aucun type de reproduction autorisé sans accord préalable. Les opinions exprimées dans les pages de GenèveActive sont publiées sous la responsabilité de leurs auteur-e-s.
contact

Pour Contacter GenèveActive, envoyer vos informations, effectuer une demande de stage, proposer une collaboration ou soutenir GenèveActive, nous vous remercions d’utiliser le formulaire de contact